Les Britanniques n’obtiendront peut-être pas l’accord vital et promis sur le «pont aérien» pour prendre leurs vacances au Portugal cet été.

Malgré tous les efforts consentis par le secteur du tourisme, l'augmentation du nombre d'infections depuis la sortie du pays du bouclage décourage les autres pays.

Hier, le Danemark a mis à jour ses conseils de voyage aux ressortissants désireux de fuir le soleil – mais le Portugal figurait toujours sur une «liste noire».

Aujourd'hui, les journaux britanniques suggèrent que les Britanniques seront autorisés à voyager en France, en Espagne, en Grèce, en Italie, en Turquie et en Croatie sans avoir besoin de s'auto-isoler pendant 14 jours à leur retour – mais il n'est pas fait mention du Portugal.

La raison est uniquement basée sur le nombre d'infections pour 100 000 habitants.

Le fait que le virus se ramollit en fait par temps chaud et sec (par exemple, sur les 111 cas identifiés à Lagos récemment en raison d'une «  fête illégale '' à Odiàxere, aucun n'a développé de symptômes graves, et la plupart ont presque aucun symptôme) n'est pas pris en compte.

C’est un coup dur pour les autorités qui ont tout mis en œuvre pour commercialiser des destinations touristiques comme «Covid-safe».

Tout ce que nous pouvons espérer, c'est que la situation «change» avant samedi, date à laquelle la liste définitive des «ponts aériens» devrait être confirmée par le gouvernement britannique.

natasha.donn@algarveresident.com