Il y a deux ans, les «  banquiers coupables '' de BPP (Banco Privado Português) – l'une des nombreuses banques qui se sont effondrées au Portugal au cours de la dernière décennie – ont été giflés avec des peines de prison qui, selon la presse, «  ne seraient jamais purgées '' (cliquez ici).

Aujourd’hui, tout semble changer: l’ancien président du BPP, João Rendeiro et son collègue directeur Paulo Guichard «ont entendu» la cour d’appel de Lisbonne changer la substance de leurs condamnations de «suspendues» à «effectives».

Au lieu d'être autorisés à «  payer leur sortie de prison '' (ce qu'aucun d'entre eux n'a fait, cliquez ici), ils devront désormais y aller et purger une peine (cinq ans et huit mois pour Rendeiro, quatre ans et huit mois pour Guichard).

Compte tenu du fait que Paulo Guichard vit au Brésil et qu'il existe un minimum de «mécanismes de coopération» entre les deux pays en ce qui concerne les criminels condamnés, l'actualité d'aujourd'hui peut être une merveille de deux minutes.

Oui, ce n'est pas une bonne nouvelle pour João Rendeiro qui est peut-être encore au Portugal (personne ne le sait, dit SIC), mais ce n'est pas non plus la fin de la ligne de la procédure d'appel – ni en fait la fin de la série d'affaires contre lui en ce qui concerne les allégations de fraude et de corruption alors qu'il était à la tête de BPP.

Comme la plupart le savent, après avoir vu des fraudes bancaires se frayer un chemin à travers les tribunaux portugais, il est rare que les «gros poissons» passent du temps derrière les barreaux. La majorité meurt dans son propre lit d'âge ou d'infirmité.

natasha.donn@algarveresident.com