« Ce que nous voulions, c’était un parking et cela a été donné. Nous voulions passer la nuit et cela a été donné, même si nous pensons que 48 heures ne suffisent pas, je pense que cela devrait être 72 heures, et la partie d’être dans la « même municipalité » est également trop, mais ce n’est pas suffisant pour y aller au front avec une manifestation », a déclaré Elisabete Desidério, directrice de Grupo Viver dans une Autocaravana.PT et l’un des promoteurs de la manifestation à Lisbonne, dans des déclarations à l’agence Lusa.

Le parlement a approuvé aujourd’hui, avec les votes du PCP et du PEV contre, des modifications au régime de stationnement et de stationnement des camping-cars inscrits dans le code de la route, à savoir les articles 48 et 50-A, décidant qu’en dehors des zones protégées, il est autorisé la nuitée « pour un délai maximum de 48 heures dans la même commune ».

Le diplôme a été approuvé avec les votes contre du PCP et PEV, les abstentions de BE, PAN, IL et CH et les votes en faveur des autres bancs parlementaires.

Après l’approbation du diplôme par l’Assemblée de la République, « n’ayant plus qu’à être promulgué par le Président de la République et publié, ce qui est censé avoir lieu », l’organisation de la manifestation en camping-car a décidé d’annuler la manifestation.

« Nous pensons que les arguments et justifications nécessaires à la poursuite de cet événement n’ont pas été réunis, car en substance nous pensons que l’objet de nos revendications a été largement atteint, et il est annulé à partir de ce moment », a communiqué l’organisation, dans une note publiée dans l’annonce de la manifestation sur le réseau social Facebook.

Considérant que le diplôme homologué « n’est pas l’idéal », Elisabete Desiderio a déclaré que les camping-caristes seront attentifs au processus : « A tout changement, nous reprenons le combat ».

La manifestation était initialement convoquée pour contester l’article 50-A concernant l’interdiction de rester en dehors des lieux expressément autorisés à cet effet, « créant une discrimination à l’égard des autres véhicules, une atteinte à la sécurité routière et à la liberté et aux garanties des citoyens », a indiqué l’organisation. de la protestation.

La contestation des camping-caristes a conduit à la présentation de quatre projets de loi PCP, PEV, BE et PSD pour modifier le stationnement et le régime de stationnement des camping-cars, un sujet qui était en discussion en commission parlementaire de l’Économie, de l’Innovation, des Travaux publics et du Logement. et qui, après un vote indicatif sur les initiatives législatives, a abouti à la présentation d’un texte de remplacement, un diplôme qui a été approuvé aujourd’hui lors d’un vote final global.

Avant la faisabilité définitive, les camping-caristes se sont plaints des modifications proposées à l’article 48, en interdisant le stationnement dans le Réseau Natura 2000, les zones de paysage protégé et les zones couvertes par les Plans Ordinaires du Littoral, en dehors des lieux autorisés, car ils interprètent comme une « discrimination à l’égard des d’autres types de véhicules », mais la situation a été réglée après avoir ajouté au texte que l’interdiction ne concernerait que « en dehors des emplacements autorisés pour le stationnement des véhicules ».

Les camping-caristes sont en désaccord avec la nuitée « pour une durée maximale de 48 heures dans la même commune », arguant que « 72 heures seraient plus raisonnables, notamment dans les grandes communes avec un plus grand nombre d’intérêts à visiter ou même dans des lieux que l’annuel les festivals dans ces régions vont au-delà de deux jours ».

L’organisation de la manifestation reste attentive à une question qu’elle juge « inconstitutionnelle », à savoir le diplôme stipulant que « le Gouvernement peut-il favoriser la régularisation des autorisations de stationnement et des nuitées […] sous réserve d’une inscription quotidienne sur une plateforme électronique gratuite qui validera la géolocalisation et conservera cette inscription pour une durée maximale de 60 jours ».

En vigueur depuis janvier, le régime de stationnement et de stationnement des camping-cars inscrit dans le code de la route a été remis en cause par les représentants des camping-caristes, notamment par l’interdiction des nuitées pour les camping-cars en dehors des emplacements autorisés.

SSM // MLS