Les incitations à soutenir la mobilité active prévues dans le budget pour 2021 «devraient être plus attractives», indique dans la déclaration de l'association environnementale Zero et de l'association pour la mobilité urbaine à vélo, MUBI, créée en 2009 et dont la mission est de contribuer à la création conditions d'utilisation du vélo.

Les deux associations suggèrent que les incitations à l'achat de vélos conventionnels devraient être de 50%, avec une augmentation de la limite maximale à 200 euros et un total de 5 000 vélos. En ce qui concerne les vélos à assistance électrique, les incitations devraient rester à 50%, avec une augmentation de la limite maximale à 500 euros et une pour un total de 5 000 vélos.

Les incitations en 2020 pour l'achat d'un vélo conventionnel (sans assistance électrique) sont de 10%, jusqu'à un maximum de 100 euros, et pour un vélo électrique elles sont de 50%, avec une limite de 350 euros.

"Faire le calcul, pour profiter de la prime de 100 euros (lors de l'achat d'un vélo classique), il faut dépenser 1000 euros, une valeur qui permet de choisir d'acheter un vélo électrique et d'obtenir une prime bien plus élevée", prévient dans le communiqué .

Zero et MUPI suggèrent également une augmentation des incitations pour les vélos cargo et une assistance pour la réparation de jusqu'à 50 000 vélos.

Les deux associations saluent l'initiative, qui se poursuit déjà pour la quatrième année consécutive, d'encourager l'achat de véhicules à faibles émissions de gaz et de véhicules plus respectueux de l'environnement, qu'il s'agisse de vélos ou d'autres véhicules électriques, conformément aux plans et stratégies de l'État mobilité urbaine durable.

Et ils rappellent que l'Assemblée de la République a récemment présenté des propositions de recommandations au Gouvernement pour soutenir et encourager ces formes de déplacement, suite à la pandémie de covid-19.

En Italie, le gouvernement a créé un «bonus bici», qui rembourse jusqu'à 60% du coût d'un vélo, jusqu'à un maximum de 500 euros, le Royaume-Uni paie jusqu'à 55 euros pour la réparation de vélos et la France a fourni 60 millions d'euros pour encourager l'utilisation du vélo.

Les exemples viennent des deux associations, qui ajoutent qu'au Portugal, la mairie de Lisbonne a débloqué trois millions d'euros pour soutenir l'achat de vélos, ce qui est presque 10 fois plus élevé que ce que le Fonds environnemental a pour l'ensemble du pays.

Les deux concluent que si le gouvernement suppose un investissement important dans le renforcement des solutions de mobilité active dans les villes, le budget de l'État pour 2021 devrait refléter cette volonté. Et le gouvernement, disent-ils également, devrait lancer rapidement un programme pour encourager les déplacements domicile-travail à vélo, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays européens.

FP // ZO

Le contenu que les associations Zero et MUBI demandent plus d'incitatifs pour acheter des vélos apparaît en premier à Visão.