Le rapport d’accident sur 24 heures, l’inspection et les infractions administratives de mai 2021, publié aujourd’hui par l’Autorité nationale de sécurité routière (ANSR), avance qu’il y a eu également une augmentation des infractions en raison du manque de sièges pour enfants (41,3%), pas d’utilisation de siège. ceintures (38,7) et manque d’assurance (9,4%).

Le rapport précise qu’entre janvier et mai, les forces de sécurité ont détecté 27 459 véhicules sans le contrôle périodique obligatoire, contre 14 394 détectés à la même période en 2020, et 12 167 conducteurs parlant au téléphone portable (9 284 en 2020), en plus d’avoir enregistré 8 942 infractions pour manque de ceintures de sécurité (6 448 en 2020).

L’ANSR indique également que, sur les cinq premiers mois de l’année, 8 012 infractions ont été détectées pour manque d’assurance (7 326 en 2020) et 945 sans système de retenue (669 en 2020).

Bien qu’il s’agisse d’amendes de circulation avec des augmentations, 56,8% du nombre total d’infractions enregistrées entre janvier et mai 2021 correspondaient à des excès de vitesse, bien qu’ils aient diminué de 27,3% par rapport aux mêmes mois de l’année dernière, selon le même document.

L’ANSR avance que, jusqu’en mai, 453,6 mille infractions ont été détectées, ce qui représente une baisse de 16,4% par rapport à la même période de l’année précédente.

Le rapport révèle que 6,1% des infractions détectées étaient dues à l’absence de contrôle périodique obligatoire, tandis que l’utilisation d’un téléphone portable au volant et sans ceinture de sécurité atteignait respectivement 2,7% et 2,0%, au total.

Le même document mentionne également qu’entre janvier et mai, 604 900 conducteurs ont été soumis au test de recherche d’alcool, soit une augmentation de 24,2 % par rapport à 2020, bien que le nombre d’infractions ait diminué d’environ 26 %.

L’ANSR révèle également que la criminalité routière, mesurée par le nombre total d’interpellations, a augmenté de 23,1% sur les cinq premiers mois de l’année par rapport à la même période en 2020, atteignant 9 600 conducteurs, avec plus de la moitié des interpellations (51,5%) en raison de l’absence de permis légal de conduire, ce qui se traduit par une augmentation de 71,9% par rapport à janvier et mai 2020.

De son côté, le taux de conducteurs arrêtés pour conduite sous l’influence de l’alcool a diminué de 20,3 %.

Selon le rapport, entre janvier et mai, 45,2 millions de véhicules ont été inspectés, soit une baisse de 3,3% par rapport à la même période en 2020.

Les données sont le résultat d’opérations d’inspection menées par la GNR, la PSP et la Police Municipale de Lisbonne (PML), ainsi que des données se référant à l’inspection réalisée via le système national de radar fixe de l’ANSR (SINCRO).

CMP // HB