L'activité non urgente dans les hôpitaux de Lisbonne, Amadora, Sintra, Loures et Odivelas a de nouveau été suspendue en raison de la propagation du virus dans ces zones ces derniers jours.

La décision de suspendre les interventions chirurgicales et les consultations qui ne faisaient que reprendre après la longue période de détention a été prise par le gouvernement et sera publiée dans Diário da República la semaine prochaine.

L'association des médecins Ordem dos Médicos a déclaré qu'elle n'était pas d'accord avec la décision. Le retour à la normale devrait être progressif, estime le président de l'association, Miguel Guimarães. Appeler à un nouvel arrêt ne fera qu'exacerber l'arriéré déjà énorme.

Mais alors qu'il y a eu un «bond exponentiel» dans le nombre de cas positifs, les autorités soulignent qu'ils se situent en grande partie dans les groupes d'âge plus jeunes et n'ont que peu d'impact sur les hôpitaux.

Jusqu'à 30% des cas sont asymptomatiques.

On craint néanmoins que les personnes infectées continuent à infecter des parents plus âgés et / ou des personnes avec lesquelles elles entrent en contact.

Ainsi, les messages des autorités sanitaires se concentrent sur «les jeunes», soulignant à quel point il est vital qu’ils jouent leur rôle et réduisent la transmission active.

Une initiative de test massive est également en cours de déploiement, tous ceux qui se sont révélés positifs devant s'auto-isoler pendant 14 jours.

Comme le président Marcelo l'a expliqué aux journalistes en milieu de matinée, nous ne devons pas confondre cette action de masse consistant à tester les travailleurs de la construction dans cinq arrondissements du centre-ville "avec la propagation de la maladie dans la société".

Le «pic», après tout, pourrait être le résultat de tests aussi intenses.

Vendredi a vu le plus grand bond en nombre de cas positifs pour le mois dernier: un total de 377 nouveaux cas au cours des 24 dernières heures.

Les chiffres d'aujourd'hui ont toutefois été «retardés» par des problèmes techniques, a expliqué la ministre de la Santé Marta Temida lors de la conférence de presse d'aujourd'hui.

natasha.donn@algarveresident.com