Le Syndicat national du personnel navigant de l’aviation civile (SNPVAC) a approuvé aujourd’hui, à une large majorité, l’accord d’urgence négocié avec la direction du SATA, a indiqué la structure syndicale dans un communiqué.

«Les membres du SNPVAC ont approuvé aujourd’hui, à une large majorité, l’accord d’urgence négocié par la direction syndicale et l’administration SATA», lit-on dans la note, qui détaille que «dans un univers de 213 membres, 152 membres ont voté, avec 135 voix en favorable et 17 voix contre ».

Le SNPVAC rappelle que « avec ce vote aujourd’hui, le syndicat clôt un chapitre important dans la défense des intérêts » de ses adhérents « , qui ont approuvé tous les accords d’urgence négociés avec les administrations de PGA, TAP et SATA.

Le syndicat a souligné que cet engagement passe par «le maintien du plus grand nombre d’emplois», garantissant que cela a toujours été la priorité principale «depuis le premier jour» lorsqu’il a été confronté aux plans de restructuration des trois entreprises.

« Nous pouvons désormais affirmer, sans aucune hésitation, qu’au cours des négociations, il a été possible de sauvegarder plus de 500 emplois chez TAP », a également souligné le syndicat.

En guise de bilan concernant ces processus de restructuration, le SNPVAC a souligné l’envoi d’une trentaine de communications internes aux membres, faisant état de l’évolution des négociations et de leurs positions, la tenue de séances de clarification et la réponse aux questions, ainsi que «une quarantaine de réunions avec les administrations et les dirigeants des entreprises pour présenter des solutions alternatives et / ou complémentaires aux processus de restructuration ».

« La direction du SNPVAC s’est désormais engagée à contrôler et à faire appliquer ces accords par les administrations respectives », a assuré la structure.

Le 26 février, le SNPVAC a approuvé l’accord d’urgence à la TAP, plusieurs membres d’équipage se sont avancés vers Lusa et ont confirmé plus tard la structure syndicale.

La source officielle du SNPVAC a confirmé que le vote avait recueilli 1 886 voix pour, 377 contre et 17 blancs.

Le 6 février, le SNPVAC a annoncé une convention collective d’urgence avec TAP, après une réunion de dix heures avec l’entreprise, dans laquelle les parties ont convenu de réduire les licenciements à 166 membres d’équipage, contre 746 initialement prévus, dans le cadre de la restructuration de l’entreprise.

L’accord conclu avec l’équipage prévoit également des baisses de salaire de 25% en 2021, 2022 et 2023, alors qu’en 2024 la réduction est de 20%.

Cependant, les baisses de salaire n’affectent pas les salaires inférieurs à 1 330 euros, sauf en 2021, où le plafond sans réduction est de 1 200 euros, plus six jours par mois d’une variable rémunératrice.

La réduction de la période normale de travail sera transversale à tous les membres d’équipage: 15% en 2021, 10% en 2022 et 5% en 2023.

Le 25 février, l’équipage a également approuvé un accord dans la PGA.

ALYN (MSF) // MSF