La porte-parole du PAN a admis aujourd’hui la possibilité de rejoindre le prochain gouvernement, a refusé de faire des distinctions entre le PS et le PSD, mais a averti qu’elle exigerait davantage dans les causes de justice animale, environnementale et sociale.

Ces positions ont été véhiculées par Inês Sousa Real, lors d’une séance à Monsanto, à Lisbonne, qui avait pour but de présenter les têtes de liste et le programme du parti pour les prochaines élections législatives.

Dans son discours d’ouverture, qui a duré environ 25 minutes – dans lequel elle a énuméré les principales mesures que le PAN a réussi à négocier dans le cadre des budgets de la dernière législature -, Inês de Sousa Real a défini sa force politique comme une « progressiste, féministe , alternatif, écologiste et animaliste », mais aussi « constructif, responsable et capable de jeter des ponts » au parlement.

Par la suite, devant les journalistes, il a assumé comme objectifs par rapport aux élections législatives du 30 janvier la croissance de la représentation de la magistrature, ayant pour seuil minimum l’élection de quatre députés, comme dans la loi électorale d’octobre 2019.

Interrogé pour savoir si le PAN s’entendrait plus facilement avec le PS ou avec le PSD après les prochaines élections, le porte-parole de ce parti a affirmé qu’« il y a des causes transversales, même si ce n’est malheureusement pas ce que le pays a connu. . ».

« Après les élections, il sera essentiel pour nous de comprendre qui est disponible pour approcher et s’engager dans les causes du PAN. Être dans l’opposition, ce n’est pas seulement voter contre. Être dans l’opposition et ne pas être un parti gouvernemental, c’est aussi pouvoir enchâsser les mesures qui composent notre programme électoral. C’est pour cela que les gens nous choisissent », a-t-il soutenu.

Sur ce point, Inês Sousa Real a également souligné que « le PAN n’a ni engagements ni stigmates d’un point de vue idéologique, c’est pourquoi il ne se voit pas dans la dichotomie gauche et droite ».

« Nous sommes guidés par des valeurs et des causes. Il ne s’agit pas de la gauche et de la droite, du PS ou du PSD, mais de nos causes et de nos valeurs », a-t-il souligné, avant d’évoquer un scénario dans lequel le PAN intègre le prochain exécutif.

« Nous n’avons jamais rejeté cette possibilité. En fait, cette direction du PAN, avec son mouvement stratégique global, a toujours assumé la responsabilité de dire présent, si telle est la volonté des Portugais. Nous ferons notre bilan de la capacité d’engagement des différentes forces politiques. D’abord nos causes. Il faudra voir comment les faire mieux avancer, qu’ils soient ou non au Gouvernement, qu’ils aient ou non des responsabilités accrues », a-t-il expliqué.

FAQ // HB