« Rabo de Peixe » était l’un des dix projets gagnants du concours promu par la plateforme Netflix avec l’Instituto do Cinema e do Audiovisual (ICA), pour les scénaristes, lancé en 2020, qui visait à soutenir la production audiovisuelle portugaise dans le cadre de la pandémie Covid-19.

Produite par Ukbar Filmes, « Rabo de Peixe » est la deuxième série portugaise pour Netflix à être entièrement réalisée au Portugal, après « Glória », de Tiago Guedes, produite par SPi et créée en novembre dernier.

« C’est un ‘thriller’ avec des touches d’humour sarcastique sur quatre amis dont la vie a changé avec l’arrivée d’une tonne de cocaïne et, bien que basée sur des faits réels, la série est complètement fictive », explique la production.

Mercredi, le ministre de la Culture, Pedro Adão e Silva, visitera le « plateau », à Mafra, bien que la série soit essentiellement enregistrée à plusieurs endroits de l’île açorienne de São Miguel, à savoir Ribeira Grande, îlot de Vila Franca do Campo , Lagoa das Sete Cidades et Furnas.

Le casting est dirigé par José Condessa, Helena Caldeira, Rodrigo Tomás, André Leitão et Kelly Bailey, avec la participation de Maria João Bastos, Pepê Rapazote, Albano Jerónimo et Afonso Pimentel.

« Rabo de Peixe » sera également la première production de fiction signée par Augusto Fraga, qui a travaillé principalement dans la publicité, avec Patrícia Sequeira, auteur de films tels que « Snu » et « Bem Bom ».

« C’est une série de pur divertissement et d’adrénaline, mais en même temps, une réflexion sur la fortune et la fatalité de la condition humaine. En tant qu’Açorien, je suis très heureux de porter cette aventure sur les écrans de Netflix », a déclaré le réalisateur et scénariste Augusto Fraga, au début du tournage aux Açores, cité dans un communiqué de Netflix.

Dans le concours Netflix-ICA, outre « Rabo de Peixe », qui a bénéficié d’un soutien de 25 mille euros, « Finisterra » (fiction), de Guilherme Branquinho et Leone Niel, « Je m’appelle Jorge : Une histoire de rédemption » ( documentaire), de Sofia Pinto Coelho, « O Chefe Jacob » (fiction), de Raquel Palermo et João Lacerda Matos, « et « Victoria » (fiction), de Dinis M. Costa.

Avec six mille euros, selon l’annonce de l’ICA faite en 2020, étaient les projets « Paradoxa » (fiction), de Luísa Costa Gomes, « Paredes Brancas, Povo Mundo » (documentaire), d’Alexandre Farto (Vhils), André Costa, Catarina Crua et Ricardo Oliveira, « Barranco dos Cegos » (fiction), de Luís Filipe Rocha, « Kleptocracy » (fiction), de João Brandão, et « This is not a kanga » (documentaire), de João Nuno Pinto, Fernanda Polacow et Bruno Morais Cabral).

Selon les informations diffusées par l’ICA en juin 2020, 1 198 projets ont été admis à ce concours, identifiés à l’époque uniquement par le titre – il y en avait 18 sans titre -, sans identification de l’auteur respectif.

Le partenariat entre ICA et Netflix, annoncé en avril 2020, visait à soutenir avec un total de 155 mille euros « les dix meilleurs projets » de séries de fiction ou documentaires, présentés par « des écrivains et auteurs résidant au Portugal ».

Selon le règlement, il y a eu une présélection par un jury portugais, mais c’est la plateforme Netflix qui a sélectionné les projets à financer, allouant 25 000 € à chacun des cinq meilleurs et 6 000 € à chacun des autres.

Le jury qui a présélectionné les projets comprenait la directrice des contenus Netflix, Verónica Fernández, l’assistant de communication de la Fondation Calouste Gulbenkian, Luís Proença, l’écrivain Possidónio Cachapa, la journaliste Isabel Lucas et le réalisateur Jorge Paixão da Costa.

AL (JRS/SS) // MAG