Le spectacle «À Espera de Godot» est une tragi-comédie en deux actes où «rien ne se passe deux fois», comme le rappelle le Teatro Nacional São João (TNSJ) dans un communiqué.

L’institution affirme avoir lancé un défi au metteur en scène plusieurs fois récompensé Gábor Tompa, qui revisite le classique de Samuel Beckett «en tant que chef d’orchestre qui recrée, avec différents musiciens, une structure musicale d’une précision étonnante».

«Je voulais élargir un peu le morceau et avoir une chanson portugaise […]. Il y a tellement de miracles qui se produisent autour de nous auxquels nous ne prêtons pas attention: un arbre qui devient vert, la façon dont la musique et l’art touchent les gens », explique le réalisateur, cité dans le communiqué de TNSJ.

La première est prévue dimanche à 19h00 avec une diffusion en direct de Luís Porto.

La pièce rassemble des acteurs qui font partie de la distribution «presque» résidente de TNSJ.

Avant, à 12h00, il est possible de regarder une interview de Gábor Tompa sur les chaînes numériques de TNSJ.

Cette propre production est l’une des initiatives d’un programme virtuel de deux jours qui commence le samedi à 18h00, avec une conversation sur le spectacle «Exatamente Antunes» et se termine le dimanche à 22h00 avec «O Balcão», un spectacle mis en scène par le directeur artistique du TNSJ, Nuno Cardoso.

«Le 7 mars [domingo] nous marquons symboliquement la fin du centenaire du Teatro São João, mais le centenaire ne s’arrête pas là. Une éphéméride est un jeu sans frontières: d’ici fin 2021, il y aura aussi une exposition, un colloque international et quelques volumes des Cahiers Centernaires », décrit le TNSJ.

L’institution – qui s’ajoute au TNSJ, au théâtre Carlos Alberto (TeCA) et au monastère de São Bento da Vitória – invite également les personnes intéressées à s’installer dans la «salle virtuelle» et à se connecter à RTP 2, qui, samedi, à 10 heures pm, diffuse «Exatamente Antunes», de Jacinto Lucas Pires.

La pièce fait partie du roman «Nome de Guerra», d’Almada Negreiros, et est dirigée par Cristina Carvalhal et Nuno Carinhas, ainsi que dirigée par Pedro Filipe Marques.

«Nous débattons, demandons, visitons, rétablissons, faisons nos débuts. Mais calmez-vous, ce n’est pas encore la fin ni le début. Le théâtre commence tous les jours et tous les soirs. Continuons-nous ensemble pendant encore 200 ans? », Conteste le TNSJ.

Le programme de conférences, interviews, documentaires et spectacles comprend une invitation à une visite guidée à TNSJ à travers un documentaire de Luís Porto qui montre le bâtiment du centenaire, dimanche à 08h00.

Le même jour suit la présentation numérique de «Válvula», à 10h00, une création d’António Jorge Gonçalves et Flávio Almada qui «se situe quelque part entre la conférence et le concert, articulant mots, dessins et chansons».

A 16h00, trois repas de Noël sont «servis», à travers lesquels la vie de trois couples dysfonctionnels sera connue dans la «Comédia de Bastidores» d’Alan Ayckbourn, mise en scène par João Cardoso et Nuno Carinhas.

Les billets pour les spectacles ont une valeur de deux euros.

PFT // TDI