Selon le message, la direction du SNPVAC a décidé de « présenter un préavis de grève qui se tiendra les 24, 25 et 26 juin, étant décrété pour tous les vols Ryanair, dont les heures de présentation se situent entre 00h00 et 00h00 ». :59 ce jour-là (heure locale à la base de l’équipage), ainsi que pour d’autres services (assistance ou toute tâche au sol, c’est-à-dire toute tâche commandée par la compagnie, à savoir instruction ou autre service dans lequel le membre d’équipage effectue activité, déplacements de situations, ravitaillements ou toutes autres actions de formation sur le terrain, déplacements dans les installations de l’entreprise) ».

« Ryanair, après n’avoir pas pu parvenir à un accord avec SNPVAC uniquement parce que nous avons exigé que l’accord d’entreprise (AE) négocié soit conforme aux règles établies dans la législation portugaise, a réussi à négocier et à approuver un AE qui comprend des clauses illégales avec un autre syndicat » , a indiqué le SNPVAC, garantissant que la structure en question, le STTAMP – Syndicat des travailleurs des transports du Portugal, « ne comptait à l’époque ni membres de Ryanair, ni d’aucune autre compagnie aérienne ».

« Nous réitérons que Ryanair a choisi un syndicat qui n’avait pas de personnel de cabine affilié pour signer un accord et a forcé ses travailleurs à y adhérer, sous peine d’aggraver encore leurs conditions », a garanti le SNPVAC, évoquant que « les droits fondamentaux du travail ne peuvent être oublié, encore moins dans la volonté d’augmenter la contribution ».

« Nous savons aussi que c’est une pratique courante dans d’autres pays : des accords conclus entre des syndicats qui ignorent totalement ce que signifie être membre du personnel navigant commercial et les conditions de travail respectives sur un avion », a-t-il garanti, notant que « Ryanair a un longue histoire d’illégalités et de non-respect de la loi ».

« SNPVAC, une association régie par le droit public, dont les hypothèses sont la défense de ses associés et le respect de la loi portugaise, répudie avec véhémence non seulement les pratiques abusives et discriminatoires de Ryanair, mais aussi sa normalisation par des syndicats qui ne recherchent que la croissance et le rendement financier, au lieu de cela. de poursuivre les droits légalement inscrits des travailleurs », a critiqué le SNPVAC.

La structure a déclaré plus tard que « tous les travailleurs au Portugal ont le droit légalement établi de recevoir des indemnités de vacances et de Noël et que ce droit est inaliénable », et que « Ryanair continue de discriminer les travailleurs associés au SNPVAC, notamment en matière d’heures de travail et d’interne ». promotions ».

En outre, a-t-il indiqué, les conditions de travail se sont détériorées « exclusivement à cause du comportement persécuteur de l’entreprise », accusant la compagnie aérienne low-cost de continuer « à traiter les travailleurs sans le minimum de dignité et de probité inhérent à la fonction d’employeur ».

« Ryanair a procédé à des licenciements à l’encontre de tous les représentants syndicaux associés au SNPVAC », a-t-il également déclaré, assurant qu’au cours des deux dernières années, la direction du SNPVAC a toujours été guidée par une attitude responsable et sérieuse, recherchant le dialogue avec l’entreprise ».

« A travers la négociation et le dialogue, l’entreprise n’a pas montré la volonté de modifier sa conduite et de se conformer aux dispositions de la loi portugaise », a déclaré le syndicat.

« Étant donné que les vols de correspondance entre les régions autonomes des Açores et de Madère et le continent sont assurés par d’autres opérateurs (TAP, Azores Airlines et easyJet), il existe des moyens de transport aérien alternatifs », a déclaré le syndicat, évoquant que , par conséquent, il y a « aucune base, dans le cas spécifique, pour fixer des services minimaux ».

STTAMP et Ryanair sont parvenus à un accord pour accélérer la récupération « des valeurs de rémunération perdues en raison de la crise pandémique », indiquait la structure, dans un communiqué, le 2 juin.

Ainsi, STTAMP, « une organisation syndicale qui représente environ 80% de tous les travailleurs de Ryanair au Portugal », a indiqué qu’elle « a conclu un accord avec la compagnie aérienne irlandaise » afin de permettre « d’accélérer la récupération des rémunérations perdues en raison de la crise pandémique ».

Selon le syndicat, cet « accord désormais signé permet également aux travailleurs d’enregistrer une augmentation de salaire significative au cours des deux prochaines années », et « pendant cet intervalle de temps, d’autres questions relatives aux conditions de travail des travailleurs seront également discutées, créant un instrument d’une régulation plus bénéfique et adaptée aux spécificités du secteur », a-t-il souligné.

Ce lundi, les syndicats espagnols USO et Sitcpla ont également convoqué le personnel navigant de Ryanair pour six jours de grève, d’une durée de 24 heures, entre juin et juillet, exigeant la reprise des négociations de la convention collective.

L’appel couvre les 16, 24, 25 et 30 juin, ainsi que le 1er 2 juillet.

ALYN (PE) // JNM