Une source officielle du ministère de la Culture, interrogée par l'agence Lusa, a déclaré aujourd'hui qu '"pour le moment il y a 50 entités qui n'ont pas encore remis les protocoles signés ou les documents requis" et que, "dès qu'elles délivreront, elles recevront le soutien".

Les résultats de la Ligne de soutien d'urgence aux arts, l'un des soutiens d'urgence annoncés par le ministère de la Culture pour aider le secteur dans le contexte de la pandémie, ont été annoncés le 13 mai. Ce jour-là, on a appris que sur 1 025 candidatures, 636 étaient considérées comme éligibles et, parmi celles-ci, 311 seulement recevraient une aide.

En mai, le musicien Julio Brechó a appris qu'il avait été l'une des 311 entités envisagées. Le même jour, se souvient-il, il a envoyé toute la documentation qui lui était demandée, mais le protocole à signer, a-t-il dit à Lusa aujourd'hui, n'est arrivé que deux mois plus tard, le 10 juillet.

Des problèmes de procédure ont fini par faire aller et venir le processus et ce n'est que mercredi que Julio Brechó a pu envoyer le protocole final signé au Bureau de la stratégie culturelle, de la planification et de l'évaluation (GEPAC), qui gère le processus. .

"On m'a dit que d'ici lundi, l'argent serait sur le compte", a-t-il dit.

La danseuse, chorégraphe et comédienne Sara Montalvão n'a pas eu la même chance, qui jusqu'à aujourd'hui n'avait pas encore reçu la version définitive du protocole à signer.

Sara Montalvão a concouru pour la Ligne de soutien d'urgence pour les arts, comme Julio Brechó, en tant qu'entité individuelle, bien que son projet soit en co-création avec un artiste visuel, «les deux à fonctions égales».

Pour des "raisons pratiques", la demande a suivi en son nom, mais le montant reçu est retiré du "cachet" pour les deux.

Dès qu'elle a su que son projet avait été choisi, Sara Montalvão s'est demandé comment le montant serait payé, car si elle devait émettre un reçu vert pour le recevoir, elle perdrait le soutien de la Sécurité sociale, le seul revenu qu'elle a depuis mars, «quand tout a été annulée ou reportée à 2021 ».

«J'ai envoyé plusieurs courriels, et passé plusieurs appels téléphoniques, pour savoir comment le paiement serait effectué et si je devais passer un reçu à travers leur 'cachet', avant même de recevoir le protocole, et j'ai mentionné que, s'il était nécessaire de passer le reçu, ce il pourrait être adopté par une association », a-t-il déclaré à Lusa, se référant qu'Apuro – Associação Cultural e Filantrópica était disponible pour l'aider.

Le GEPAC a fini par accéder à la demande et, «il y a environ trois semaines», Sara Montalvão a reçu un e-mail demandant les données de l'association, afin que le protocole puisse être modifié puis signé.

Cependant, le protocole «n'a pas encore atteint Apuro».

Sara Montalvão rappelle que le projet avec lequel elle a postulé pour la ligne de soutien d'urgence, comme celui de Julio Brechó, a été conçu pour être développé pendant la quarantaine.

«C'est le seul travail possible (en cas d'urgence) et j'attends toujours», a-t-il déploré.

Le 30 juin, le ministre avait garanti, au parlement, que toutes les entités qui concourraient pour la ligne de soutien d'urgence aux arts recevraient jusqu'à la fin de la semaine le montant qui leur avait été attribué, ajoutant que, jusque-là, environ la moitié avait déjà il avait reçu «une aide sur son compte bancaire».

La semaine suivante est venue l'alerte de Plateia – Performing Arts Professionals: «la semaine est passée, et non seulement les fonds n'ont pas atteint tous les projets soutenus (à travers ce concours lancé en mars, dont les résultats sont sortis en mai), comme c'est le cas il y a des retards importants dans les clarifications du ministère de la Culture ».

Annoncée le 23 mars avec un budget d'un million d'euros, la Ligne d'urgence pour les arts a ensuite été renforcée de 700 mille euros.

Les résultats, présentés le 13 mai, ont été critiqués par les structures représentatives des travailleurs du secteur, notamment parce qu'il s'agissait d'un concours et parce que les résultats n'étaient pas annoncés intégralement, c'est-à-dire quelles structures et professionnels ont été soutenus et quels valeur de ce soutien.

Lusa a essayé, à plusieurs reprises, d'accéder aux résultats dans leur intégralité, mais une source officielle du ministère de la Culture a déclaré que ceux-ci ne seraient libérés qu'après la distribution complète des fonds, ce qui n'est pas encore arrivé.

JRS // TDI