Les structures représentatives des professionnels de la RTP/Açores précisent que face à un modèle de correspondant insulaire « peu attractif et mal rémunéré, la solution doit passer par la professionnalisation de ces salariés, par l’intégration dans le personnel de l’entreprise ».

Cette position, prise dans un communiqué, à l’issue d’une réunion conjointe, fait suite à l’audition du président du conseil d’administration de la RTP, Nicolau Santos, par la commission de la culture et de la communication de l’Assemblée de la République, le 12 octobre.

La direction régionale des Açores du syndicat des journalistes et la sous-commission des travailleurs de la RTP-Açores souhaitent que les frais inhérents aux déplacements en mission « soient compensés par une subvention de transport, payée au kilomètre », tandis que le travail multifonctionnel « doit être compensé par d’une prime de polyvalence », ainsi que la création d’un plan annuel de formation pour ces professionnels.

Il est également proposé la publication d’un arrêté de service interne (RTP) « avec une description des fonctions, devoirs et droits des correspondants insulaires » aux Açores.

L’Union et la Commission des travailleurs de RTP/Açores indiquent que le Centre régional des Açores compte actuellement 125 travailleurs, « un nombre inférieur au seuil acceptable, compte tenu de la rareté des ressources humaines ».

Dans sa perspective, « l’attente d’intégration dans le personnel de six travailleurs précaires, mise en avant par le président de la RTP, pour un univers de 16 travailleurs en situation précaire – 11 à São Miguel, deux à Terceira et trois à Faial, sans compter les cinq correspondants des travailleurs insulaires et sous-traitants – n’est clairement pas suffisant ».

La situation actuelle des correspondants travaillant pour RTP/Açores est considérée comme un problème mal résolu à l’origine, qui traîne depuis de nombreuses années et a été interrogé à plusieurs reprises avec le Centre régional des Açores (CRA), par le sous-comité des travailleurs ».

Pour les structures de défense des travailleurs, la « sécurisation de la couverture du service public de radio et de télévision aux Açores, où la redevance audiovisuelle est payée à parité, doit être repensée au vu des contraintes et des difficultés que le Centre régional de la Les Açores font face, surtout compte tenu de la rareté des ressources humaines ».

« Les coûts de l’insularité inhérents à la discontinuité géographique et aux spécificités d’une Région autonome, comme les Açores, ne doivent pas être négligés. La direction régionale des Açores du syndicat des journalistes et le sous-comité des travailleurs RTP-Açores sont disponibles pour travailler ensemble sur les solutions », conclut-il.

JME // HB

Le contenu du Sous-comité des syndicats et des travailleurs de RTP-Açores pour défendre les travailleurs apparaît en premier à Visão.