Il s’agit du Festival Terra Mágica – AlMutamid, en référence au poète-roi, considéré comme le premier Alentejo, dont la première édition aura lieu dans cette ville, entre le 2 et le 04 juin, dans une organisation de la société ALD Produções, de Zález Artist Collect, de l’entité régionale du tourisme de l’Alentejo et du Ribatejo et de la Câmara de Beja.

Selon l’organisation, dans un communiqué transmis à l’agence Lusa, le festival, « inspiré de la figure d’Al-Mutamid », vise à « approfondir et transformer » le patrimoine du fado, du flamenco, du cante alentejano et du gnaoua (l’un des principaux genres du folklore marocain), « un voyage magique » entre des lieux qui ont marqué la vie et l’œuvre du poète-roi.

Ce sera un voyage entre Beja, dans l’Alentejo, où naquit Al-Mu’tamid en 1040, Silves, en Algarve, qu’il gouverna et où il s’affirma comme « le grand représentant de la poésie de son temps », Séville , en Espagne, où il fut le dernier roi des Abadid Taifa d’Al-Andalus (nom donné à la péninsule ibérique par les conquérants islamiques du VIIIe siècle), et Aghmat, au Maroc, où il « développa une bonne partie de son création poétique » et mourut en captivité en 1095.

Selon le directeur artistique du festival, Francisco Carvajal, cité dans le communiqué, l’organisation veut « montrer au monde » ce qui se produit à Beja, « dans un projet innovant, qui suivra les chemins d’Al-Mutamid ».

Le festival veut « réinventer » ces « merveilleux héritages ibériques » et les mélanger avec les « arabes, qui étaient alentejos et andalous », a déclaré Francisco Carvajal.

Le président de Turismo do Alentejo e Ribatejo, Vítor Silva, également cité dans le communiqué, a déclaré que le festival sera un « événement de grande qualité artistique » avec un « message de multiculturalisme, d’établissement de ponts entre différentes religions et cultures ».

« Nous aurons à Beja bien plus qu’un festival, nous aurons une ouverture pour une nouvelle façon de se relier, surtout en ce moment où il semble si difficile pour les gens de se comprendre », a souligné Vítor Silva.

Reconnaissant que le nom d’Al-Mu’tamid comme « le premier Alentejo », qui est né à Beja à une époque où il n’y avait pas de délimitation géographique de la région de l’Alentejo, peut être controversé, Vítor Silva a soutenu : « En raison de la façon dont il pensé, comment il a agi et comme il était dans la vie, il a certainement été le premier Alentejo ».

Au programme du festival, le 1er juin, au Teatro Municipal, Pax Julia, à partir de 21h00, la première mondiale du spectacle « Tanta Monta, Monta Tanto », qui réunira le chanteur de fado Ricardo Ribeiro et le flamenco romani espagnol le chanteur Duquende.

La performance « Telluric Beja », qui réunira le dj HD Substance, la danseuse Catalina Lucrecia et le percussionniste Carlos Mil-Homens, un spectacle de danse flamenco contemporaine de Macarena López et un concert du Maâlem marocain Omar Hayat sont d’autres propositions du festival.

LL // MAG

Contenu Le roi poète Al-Mu’tamid inspire un nouveau festival multiculturel à Beja apparaît en premier sur Visão.