L’Autorité de régulation des services énergétiques (ERSE) a décidé de 24 infractions administratives en 2020, qui se sont traduites par des amendes de 573,5 milliers d’euros, dont 405,4 milliers ont été accusés, et a ouvert 30 nouveaux dossiers, a été libéré aujourd’hui.

Selon un communiqué envoyé par le régulateur, qui rend compte de l’activité de sanction de 2020, «l’ERSE a ouvert 30 nouvelles affaires d’infraction administrative en 2020 et a tranché 24 affaires qui ont abouti à des amendes totalisant 573535,62 euros, après avoir effectivement facturé 405367 , 62 euros ».

Au cours de la période sous revue, l’ERSE a également déduit 16 notes d’illégalité et a décidé 24 poursuites judiciaires aboutissant à 20 condamnations et 4 dépôts.

Le montant total des amendes infligées en 2020 était de 573535,62 euros, cependant, a-t-il expliqué, après les réductions résultant du régime des transactions légales, le montant a été fixé à 408 867,62 euros, dont 405 367,62 euros effectivement facturés et payés. .

Selon la même note, il reste une amende d’un montant de 3 500 euros qui est en phase d’exécution pour non-paiement.

«Les 30 nouvelles procédures d’infraction ouvertes en 2020 résultent de plaintes reçues, de l’activité de contrôle de l’ERSE et des rapports reçus des services de police criminelle et d’autres entités publiques», a souligné le régulateur.

Parmi les processus décidés en 2020, l’ERSE a souligné la condamnation d’Iberdrola Clients Portugal, «pour changements de fournisseur indus et interruptions indues de l’approvisionnement», auxquels «une amende de 66 668 euros, divisée par deux et le paiement d’une compensation aux clients, a été infligée. ».

Le régulateur a également relevé les condamnations d’Endesa, «pour changement indu de fournisseur», condamné, dans le cadre de la procédure de transaction, à une amende de 50 000 euros et au versement d’une indemnité aux clients, d’EDP Comercial, «pour pratiques commerciales déloyales» avec une amende de 89 783 , 62 euros », d’Iberdrola SAU,« pour avoir dénoncé des contrats de fourniture d’électricité aux clients, auxquels, dans la procédure de transaction, une amende de 77 000 euros a été réduite, divisée par deux et le versement d’une indemnité aux clients », et EDP Distribuição, désormais dénommée E-Redes, «pour interruptions indues de la fourniture d’électricité», avec une «amende de 233 334 euros, réduite à 140 000 euros et le versement d’une indemnité aux clients».

Les amendes infligées sur la base d’une transaction impliquent la confession des faits imputés à la cible et la reconnaissance de la responsabilité de l’infraction.

Parmi les cas mis en évidence, seuls Iberdrola Cliente Portugal et Iberdrola SAU ont proposé une procédure de transaction, reconnaissant leur responsabilité, renonçant au contentieux judiciaire et bénéficiant ainsi d’une réduction du montant de l’amende.

«Cette procédure, qui permet une simplification et une rapidité d’application de la RSSE [Regime Sancionatório do Setor Energético], elle n’est pas applicable lorsque la violation de diplômes juridiques tels que celui lié aux pratiques commerciales déloyales ou au livre de réclamations est en cause, règle que l’ERSE applique également dans son action de sanction », a expliqué le régulateur.

La procédure de transaction a également la condition d’indemniser les consommateurs lésés.

De cette manière, a-t-il dit, l’ERSE a réussi, au cours des cinq dernières années, «que les entreprises cibles indemnisent 577 consommateurs pour un montant supérieur à 50 mille euros», et, dans le cas où la valeur de la compensation n’est perçue par aucun consommateur, la valeur revient en faveur des tarifs supportés par les consommateurs.

Le 1er janvier de cette année, l’ERSE avait un total de 75 affaires en cours, une contestée juridiquement et une en exécution d’amendes, a conclu le régulateur.

MPE // EA

Le contenu de la réglementation énergétique infligée à des amendes de plus d’un demi-million d’euros en 2020 apparaît en premier à Visão.