« Le Portugal est de plus en plus recherché comme pays où vivre et travailler », a déclaré Ricardo Reis, du cabinet de conseil Deloitte, à Lusa, précisant qu’en plus des « facteurs de différenciation traditionnels associés à la qualité de vie en général, le critère fiscal justifie aussi ce mouvement. », notamment dans le cadre du régime des Résidents Non Habituels (RNH).

Destinée aux personnes exerçant une activité professionnelle considérée comme à haute valeur ajoutée, la RNH leur permet de s’acquitter d’une taxe IRS de 20% sur les revenus de leur travail ou de leur activité professionnelle, en lieu et place des taux progressifs de cette taxe qui vont jusqu’à 48%.

Pour accéder à ce régime RNH, il est nécessaire de ne pas avoir été résident fiscal au Portugal au cours des cinq années précédentes et d’exercer l’une des activités à haute valeur ajoutée listées dans le décret publié par le ministère des Finances. Si vous remplissez les critères, vous pouvez bénéficier du RNH pendant 10 ans.

Joana Cunha d’Almeida, associée responsable du département de droit fiscal chez Anta da Cunha Ecija, considère également le RNH comme une raison de vouloir être un nomade numérique au Portugal. « Parce que nous parlons généralement de personnes qui sont couvertes par la liste des activités à haute valeur ajoutée » prévue dans ce régime fiscal qui, a-t-il noté à Lusa, confère un taux d’imposition de 20%, très compétitif au niveau européen.

Joana Cunha d’Almeida dit qu’il y a « beaucoup de gens » qui veulent savoir quelles sont les règles s’ils viennent travailler au Portugal et les entreprises se posent également des questions dans ce domaine, et ces dernières, bien qu’elles soient obligées de payer les 23,75% Taxe sociale (TSU) pour la sécurité sociale, a fini par conclure que le fait d’avoir des travailleurs travaillant à distance et vivant au Portugal est payant.

Ricardo Reis rappelle, au passage, que dans ce mouvement, le travailleur, même si les règles fiscales RNH s’appliquent à lui, doit tenir compte du fait qu’il doit payer la Sécurité Sociale au Portugal (selon les règles en vigueur).

« Soulignant qu’il existe « des règles différentes pour les travailleurs dépendants (salariés) et les travailleurs indépendants », l’inspecteur Deloitte indique que, de manière générale, dans le cas d' »un nomade numérique qui séjourne au Portugal et travaille à distance du Portugal à In autres juridictions, les cotisations de sécurité sociale sont dues au Portugal ».

De plus, ajoute Joana Cunha d’Almeida, dans ce mouvement, il faut également tenir compte du cadre juridique actuel des règles de l’établissement stable. Car, dit-il, « il peut y avoir un risque qu’en raison de la localisation des travailleurs, il soit entendu que l’entreprise a un établissement stable ici ».

Dans une note d’information sur les « nomades numériques » publiée en mars 2021, le cabinet d’avocats PLMJ rappelle que le budget de l’État pour 2021 (OE2021) a introduit une nouvelle notion d’établissement stable « qui apparaît également chaque fois qu’une entreprise non résidente fournit des services sur le territoire portugais ». , y compris les services de conseil, par l’intermédiaire de ses propres employés ou d’autres personnes engagées par l’entreprise à cette fin ».

À ces fins, ces activités doivent être exercées pendant plus de 183 jours sur une période de 12 mois, commençant ou se terminant dans l’année d’imposition concernée, ajoutent les mêmes informations, notant que les conventions visant à éviter la double imposition (CDT) conclues par Le Portugal « ne prévoit normalement pas cette notion d’établissement stable et les dispositions de la CDT prévalent sur les dispositions du droit interne portugais ».

LT/IM // CSJ