« Achas for the Bonfire » se déroule dans le futur. Les deux amis Michel et Taylor se retrouvent dans la forêt, avec Michel assis sur une bûche écoutant Taylor raconter ce qui lui était arrivé au cours des deux années précédentes, car il n’avait rien suivi de la vie de son vieil ami, diverti qu’il était « dans un groupe de ‘deep-mindfulness’, dans une sorte d’ashram du futur », et dans la fondation d’un parti.

L’histoire de Taylor sera racontée à travers un petit appareil qui vous permet de projeter des souvenirs devant vous, appelé « mnémoprojecteur ».

Quant à la soirée Context and Modality Platform de Taylor, « elle a commencé comme une sorte de blague, mi-sérieuse, mi-poétique », comme l’écrit la présentation de la pièce, mais « a rapidement acquis une popularité aussi fulgurante qu’inattendue, qui l’a propulsée au les portes du pouvoir ».

Les chemins s’ouvrent alors pour l’issue du drame.

« Que va-t-il se passer ? », demande le texte de présentation de l’œuvre. Les personnages seront-ils écrasés « par le poids lourd médiatique et la mauvaise foi de leurs adversaires ? Seront-ils capables de rester fidèles à leurs idéaux ? Vont-ils découvrir des ressources aussi mystérieuses que surpuissantes en se promenant en forêt ?

« Pour répondre à ces questions », ajoute la présentation française de l’ouvrage, il faut aussi prendre en compte les fondamentaux, « l’effet placebo » des modes de vie, « les modalités du débat démocratique » et comment parvenir à « naviguer les fleuves de la peur qui coulent partout » à l’ère du populisme.

« Achas para a bonfire » (« Feu de Tout Bois ») est un spectacle d’Antoine Deefort parlé en français, sous-titré en portugais, et interprété par Alexandre Le Nours, Antoine Defoort, Arnaud Boulogne et Sofia Teillet.

Conception sonore de Mélodie Souquet, direction technique de Simon Stenmans et composition de Lieven Dousselaere.

Le spectacle bénéficie d’une collaboration artistique de Lorette Moreau et aura deux représentations : le jeudi et le vendredi, à 19h00.

Diplômé en sciences et beaux-arts, Antoine Deefort, 43 ans, est artiste en résidence au Centquatre-Paris, et membre de la coopérative artistique Amicale.

L’acteur, dramaturge et metteur en scène français est connu du public portugais pour des spectacles comme « Germinal » ou « Cheval », présentés les années précédentes, mais aussi pour sa dernière visite au festival d’Alkantara, à Lisbonne, en 2018, quand il a présenté « Un faible degré d’originalité », dans lequel il a abordé, de manière comique, comme s’il s’agissait d’une conférence, les questions de propriété intellectuelle et de création artistique, traitant sérieusement, cependant, avec les problèmes et les implications sociales qui leur sont associés.

CP // MAG