le-president-espere-que-la-solution-pour-le-nouvel-aeroport

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a déclaré aujourd’hui qu’il espère que la construction du nouvel aéroport de Lisbonne ne s’éternisera pas dans le temps en raison d’un « manque de durabilité dans la vision » des dirigeants politiques.

« Je suis content qu’il soit possible, apparemment et enfin, de pouvoir savoir quand un investissement structurel avance, et il avance consensuellement, qui est un investissement aéroportuaire promis il y a je ne sais combien d’années et qu’il est on s’attend à ce qu’il ne mette pas des décennies ou des éternités à se concrétiser, faute de pérennité aux yeux des responsables politiques », a affirmé le chef de l’État, dans une intervention à la clôture du 7e Congrès des experts-comptables, à Lisbonne.

Le premier ministre, António Costa, et le président du PSD, Luís Montenegro, se rencontrent cet après-midi pour discuter de la méthodologie de la future solution aéroportuaire pour la région de Lisbonne, lors d’une réunion prévue à 17h00 à São Bento.

Contrairement à la seule rencontre publique entre António Costa et Luís Montenegro, qui s’est déroulée en deux le 22 juillet, cette fois la rencontre sera élargie au ministre des Infrastructures, Pedro Nuno Santos, et au vice-président social-démocrate Miguel Pinto Luz, » l’interlocuteur technique » du PSD sur le thème aéroportuaire.

Mercredi, Luís Montenegro a publié une lettre envoyée au Premier ministre, dans laquelle il rendait compte de la conclusion du processus d’auditions et de réflexion interne que le PSD menait depuis juillet sur le sujet et transmettait les cinq conditions du parti pour être d’accord avec le méthodologie à suivre sur le futur aéroport de la région de Lisbonne.

La «réalisation immédiate» d’une évaluation environnementale stratégique (EES), achevée dans un délai d’un an, pour les options Montijo, Alcochete «et toute autre que le gouvernement ou la structure en charge de la réalisation de l’EES décide, sur la base de la raison et techniquement, inclure » est une des prémisses avancées par le Monténégro.

Ensuite, le président du PSD demande que cette évaluation soit remise « à des personnalités au mérite technique, académique et scientifique reconnu » et qu’elle soit accompagnée d’une analyse comparative des coûts et des délais d’exécution de chacun des lieux à l’étude, y compris les « infrastructures » liées, complémentaires » nécessaires.

Concernant la lettre de Luís Montenegro, « en termes d’essentiels », António Costa souligne qu’il a enregistré la réaffirmation de « la disponibilité totale pour parvenir à la plus grande convergence possible » sur « la stratégie de développement de la capacité aéroportuaire de la région de Lisbonne » et, en notamment « l’acceptation réciproque de la méthodologie à suivre ».

Le 29 juin, le ministère de l’Infrastructure a publié un arrêté indiquant que le gouvernement avait décidé de procéder à une nouvelle solution aéroportuaire pour Lisbonne, qui impliquait d’aller de l’avant avec Montijo devant être opérationnel fin 2026 et Alcochete et, lorsque ce sera le dernier l’un était opérationnel, près de l’aéroport Humberto Delgado.

Cependant, le lendemain, l’arrêté a été révoqué par ordre du Premier ministre, António Costa, ce qui a conduit Pedro Nuno Santos à assumer publiquement des « erreurs de communication » avec le gouvernement dans les décisions concernant le futur aéroport de la région de Lisbonne.

Dans une récente interview avec TVI/CNN, António Costa a déclaré qu’il était sur le point de s’entendre avec le PSD sur « la méthodologie » à suivre pour l’emplacement du nouvel aéroport de Lisbonne, afin de prendre une « décision définitive ». à la fin de l’année 2023

AFE (SMA/PMF) // SF