Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a considéré aujourd’hui comme « un bon signe » que le gouvernement et l’opposition se soient engagés à un ensemble de mesures pour soutenir les revenus des familles.

S’adressant aux journalistes de São João da Pesqueira, lors d’une visite à Vindouro, Marcelo Rebelo de Sousa a rappelé que, dans d’autres pays, « les gouvernements présentent des propositions » et « les oppositions, dans de nombreux cas, étudient encore des propositions ».

« Ici, l’un et l’autre progressent, entre ce week-end et le début de la semaine prochaine. Je ne pense pas qu’il y ait quoi que ce soit qui ressemble à une compétition pour que l’adoption de mesures fondamentales soit bonne », a-t-il souligné.

Selon le chef de l’Etat, l’attente du Conseil des ministres extraordinaire de lundi est « très grande », car il y a « un accord dans la politique portugaise sur la nécessité de mesures », entre le gouvernement et l’opposition, « bien que chacun présentant un différentes gammes de mesures ».

D’une part, du côté du Gouvernement, il y a eu « la convocation d’un Conseil des ministres extraordinaire pour lundi, accélérant la prise de mesures, avant même de traiter d’autres sujets en conseil normal jeudi », a-t-il dit, ajoutant qu’il ne connaissait pas les mesures.

« D’un autre côté, l’opposition, dans son ensemble, avance également maintenant avec un paquet de mesures d’urgence, ce qui signifie qu’il y a de la place pour un accord. Tout le monde admet que le temps ne se perd pas, face à la situation créée par la pandémie puis par la guerre et c’est positif », a-t-il estimé.

Selon lui, « parler de mesures pour la situation économique et financière d’urgence, c’est bien, le gouvernement veut les prendre rapidement et l’opposition pense qu’il faut aussi les prendre rapidement ».

Le président de la République a déclaré qu' »en ce moment, les Portugais ont deux préoccupations : l’une est la santé et l’autre la situation économique et financière ».

S’agissant de la santé, il s’est dit positif qu' »un ensemble de diplômes ait été annoncé pour réglementer le statut du Service national de santé », ce qui devrait arriver « probablement jeudi prochain ou la semaine prochaine ».

Marcelo Rebelo de Sousa a souligné qu’en même temps, il y a « une très grande attention de la part de l’opposition concernant les dépenses d’argent prévues dans le budget de l’État de cette année » dans le domaine de la santé.

« Je pensais avant la prise de position de la ministre (Marta Temido), il faut que ça continue et ça doit s’affirmer tant en termes de fonds pour la santé qu’en termes de santé bio », a-t-il souligné.

Interrogé sur les mesures à prendre en matière de prix de l’électricité et du gaz, le président de la République a déclaré qu’il fallait attendre de voir la voie que suivra le gouvernement : « que ce soit la voie des impôts ou la voie de la d’autres aides, s’il s’agit d’un certain type de soutien financier ».

« Voyons s’il y a une coïncidence de solutions ou non. Mais une chose est la coïncidence du diagnostic : il faut agir et agir vite », a-t-il ajouté.