Loukachenko, 65 ans, qui cherche à obtenir un sixième mandat lors du scrutin prévu le 9 août, dirige ce pays de 9,5 millions d'habitants dans un style autoritaire depuis plus de 25 ans, et devrait obtenir une nouvelle réélection malgré les protestations de l'opposition.

Le lendemain de la dissolution du gouvernement par le Premier ministre Sergei Rumas, technocrate modéré, Loukachenko l'a remplacé par Golovchenko, 46 ​​ans, décrit par le président comme "un homme de confiance" et a noté "qu'il est très important que les patriotes et les professionnels entrent désormais dans l'exécutif ».

Le chef de l'Etat, cité par l'agence de presse officielle Belta, a déclaré que l'ancien Premier ministre avait abandonné la politique pour se consacrer aux affaires.

«Je n'ai aucune plainte majeure de sa part (Rumas), mais l'homme veut se consacrer aux affaires. Il m'a dit directement: «Je veux me consacrer aux affaires, je veux gagner de l'argent, beaucoup d'argent, et je peux le faire», a poursuivi le leader biélorusse.

Après avoir exprimé sa compréhension de l'option de l'ancien chef du gouvernement, il a ajouté: «Je ne pense pas que Rumas quittera le pays et prendra cet argent, il l'investira ici, dans l'économie. Mais tout doit être fait honnêtement et dans le respect de la loi ».

Le 25 mai, après avoir présenté sa candidature aux élections présidentielles d'août, Loukachenko a annoncé des plans pour le renouvellement du gouvernement, qu'il a maintenant achevé.

A l'occasion, il a expliqué que l'objectif de la mesure est d'accroître la confiance des électeurs, qui sauront quel sera leur gouvernement lors de leur vote, et avec l'opposition de dénoncer une mesure populiste.

Le 10 mai, l'opposition unifiée biélorusse a annoncé qu'elle ne participerait pas aux élections présidentielles, au motif qu'il est impossible de promouvoir une campagne électorale normale au milieu de la pandémie de Covid-19.

Des dizaines de personnes ont été arrêtées ces derniers jours pour avoir participé à des actions de protestation et un chef de l'opposition, Mikola Statkevitch, a été condamné à 15 jours de prison pour participation à une initiative anti-régime.

Statkevitch, candidat à l'élection présidentielle de 2010, a ensuite passé cinq ans en prison pour avoir organisé des manifestations dénonçant une fraude au scrutin.

Sa candidature a été refusée pour les élections d'août. Un autre candidat potentiel, le blogueur Serguei Tikhanovski, n'a pas non plus été autorisé à participer.

Les résultats des quatre dernières élections présidentielles n'ont pas été reconnus par les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), qui ont dénoncé la fraude et les pressions sur l'opposition.

Les observateurs cités par l'Associated Press (AP) considèrent la désignation de Golovchenko annoncée aujourd'hui comme un moyen pour Loukachenko de resserrer son emprise à la veille du vote.

"Loukachenko essaie d'assurer un contrôle complet sur une économie en crise et d'empêcher les manifestations, et il a besoin d'un Premier ministre prévisible et prêt à exécuter tout ordre", a déclaré Valery Karbalevich, analyste politique à Minsk.

"Nous devons serrer les dents" et faire preuve de plus de discipline pour réparer les dommages économiques causés par la pandémie et "préserver" ce qui a été accompli, a déclaré Loukachenko en justifiant sa décision.

"Nous devons nous mobiliser pour faire face aux nombreux et nouveaux défis dans un court laps de temps", at-il ajouté.

La Biélorussie est l'un des rares pays à ne pas avoir fermé ses frontières ni imposé de restrictions pour freiner la propagation de Covid-19.

C'était également le seul pays d'Europe où le championnat de football se tenait avec des fans sur les gradins. Loukachenko a défini les mesures de confinement strictes adoptées dans la plupart des pays comme une "psychose".

Malgré les avertissements de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Bélarus a organisé un grand défilé militaire en mai pour marquer le 75e anniversaire de la défaite de l'Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le pays enregistre officiellement 45 000 infections, dont 248 décès, indiquent les données publiées aujourd'hui.

À l'échelle mondiale, selon un rapport de l'agence de presse AFP, la pandémie de Covid-19 a déjà fait plus de 385 000 morts et infecté plus de 6,5 millions de personnes dans 196 pays et territoires.

Plus de 2,8 millions de patients ont été considérés comme guéris.

PCR // EL