Malgré tout ce que le président Marcelo a dit il y a à peine quelques jours (cliquez ici), le Portugal semble s’orienter vers un «déconfinement» tant attendu avec deux semaines d’avance.

Les indicateurs proviennent du Premier ministre (cliquez ici), d’une étude récente de Nova IMS et COTEC (cliquez ici) et des bulletins quotidiens de Covid eux-mêmes.

Aujourd’hui, par exemple, le nombre de nouvelles infections signalées au cours des dernières 24 heures est tombé au niveau le plus bas depuis octobre: ​​718 cas.

Les récupérations – à 1664 personnes – sont plus du double du nombre de personnes testées positives – et ont dépassé le nombre de nouvelles infections au cours des 28 derniers jours.

Mais plus important encore, pour les dirigeants politiques qui se concentrent sur la manière et le moment de rouvrir l’économie, le nombre d’hôpitaux diminue rapidement.

Il y a maintenant 2 165 patients Covid traités à l’hôpital, dont 484 en soins intensifs.

Selon les projections de Nova IMS (l’école de gestion de l’information de la nouvelle université de Lisbonne) et de COTEC Portugal, le Portugal sera prêt à commencer le déconfinement dans environ deux semaines.

A déclaré Pedro Simões Coelho, président du conseil scientifique de Nova IMS: «Tout indique que d’ici la mi-mars, nous aurons atteint les niveaux de sécurité nous permettant de commencer à lever les restrictions à la mobilité des citoyens.

«Il est néanmoins important de se rappeler que le déconfinement devrait idéalement être progressif, en commençant par les activités les moins risquées, puis en progressant vers celles qui présentent un risque de plus en plus grand».

L’étude suggère que d’ici le 14 mars, le nombre de personnes hospitalisées devrait être ramené à 1 400, dont 240 dans les unités de soins intensifs.

A ce moment, le taux Rt (transmission) sera réduit à «moins de 0,7».

Partant du principe (déjà souligné par le gouvernement) que le premier secteur à rouvrir sera les écoles accueillant les plus jeunes élèves, Pedro Simões Coelho a déclaré que «les sections supérieures pourraient être rouvertes, progressivement, avec deux semaines d’espacement entre chaque réouverture».

Cela devrait également être «le principe appliqué à la réouverture progressive des activités économiques».

Quant aux effets du deuxième verrouillage national du Portugal en l’espace d’un an, l’étude «pointe un taux de chômage qui pourrait dépasser 8%, avec plus de 60 arrondissements au niveau national susceptibles de souffrir de plus de 10%». L’Algarve, cependant, devrait être la plus touchée, avec «plusieurs arrondissements de la région susceptibles d’avoir plus de 15% de chômeurs».

En d’autres termes, l’essentiel du message du président à la nation la semaine dernière – que le pays doit prendre lentement la déconfinement, demeure. Mais le point de départ a peut-être été poussé un peu en avant.

[email protected]