Entre 2015 et 2022, selon les données du ministère du Travail citées dans l’étude de l’économiste publiée aujourd’hui, le salaire moyen augmentera de 96 euros, à 1 048 euros, tandis que le salaire minimum national augmentera de 200 euros, à 705 euros (selon à l’intention exprimée par le Gouvernement).

La « distorsion salariale », comme l’appelle l’économiste, détermine que le salaire minimum national (actuellement 665 euros) représente une proportion croissante du salaire moyen, ayant déjà atteint 67,3 % du salaire moyen.

« Ce fait transforme le Portugal en un pays de salaire minimum, car un nombre croissant de travailleurs ne reçoivent que ce salaire », explique l’économiste consultant de la CGTP.

Selon Eugénio Rosa, « ces dernières années, il y a eu une grande préoccupation politique pour augmenter le salaire minimum national, négligeant d’actualiser les salaires des travailleurs plus qualifiés, ce qui provoque de fortes distorsions salariales dans le pays et transforme le Portugal en un pays dans lequel de plus en plus de travailleurs ne reçoivent que le salaire minimum ou une rémunération très proche ».

La situation dans l’administration publique, dont les salaires sont pratiquement gelés depuis 2009, « est dramatique, étant presque impossible d’embaucher des travailleurs hautement qualifiés avec les compétences nécessaires », souligne l’économiste.

Dans l’étude, Eugénio Rosa précise que sur le site Internet de l’Institut de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (IEFP) il y a 156 offres d’emploi pour les ingénieurs civils, les techniciens électriques, les mécaniciens, les agronomes, entre autres, « dont les salaires offerts, dans leur grande majorité , varient entre 760 euros et 1 000 euros bruts », c’est-à-dire avant abattements IRS et Sécurité sociale.

« Comment le pays peut-il ainsi retenir du personnel qualifié ? », s’interroge l’économiste, soulignant que sans une main-d’œuvre hautement qualifiée, la croissance économique et le développement du pays seront impossibles.

De plus, poursuit-il, « le pays consacre une part importante de ses ressources à la formation de jeunes hautement qualifiés dans les universités qui partent ensuite et contribueront au développement d’autres pays, car ils ne peuvent pas trouver des salaires et des conditions de travail décents dans leur pays » .

Eugénio Rosa considère que « ce qui se passe dans le SNS [Serviço Nacional de Saúde] il devrait ouvrir les yeux aux politiques », avec des médecins et des infirmières « échangeant le NHS contre de grands groupes de santé privés, qui les attirent en offrant de meilleurs salaires et conditions de travail ».

DF // TDI

Le contenu Le Portugal se transforme en un pays de salaire minimum, selon une étude, il apparaît d’abord à Visão.