Le Portugal et les États-Unis d'Amérique (USA) veulent intensifier la collaboration bilatérale en matière de commerce, de santé publique, de défense et de sécurité maritime "dans le monde post-covid", selon une note publiée aujourd'hui par le ministère des Affaires étrangères.

Le communiqué publié aujourd'hui fait référence à une réunion tenue virtuellement par la Commission bilatérale permanente (CBP) mercredi dernier, qui a souligné l'intention d'intensifier «une collaboration étroite avec les États-Unis qui garantit un renforcement des échanges et des flux d'investissement ».

Selon la déclaration, le secrétaire d'État à l'internationalisation, Eurico Brilhante Dias a présenté «les perspectives portugaises de la reprise socio-économique dans le contexte de la pandémie de covid-19», qui comprennent des mesures telles que «la facilitation du marché, l'endiguement des mesures de défense commerciale et la promotion de partenariats sur les chaînes de valeur ».

«Le Portugal a réitéré son inquiétude concernant les tarifs appliqués aux produits laitiers des Açores, ainsi que ceux actuellement examinés dans le processus de révision», peut-on lire dans la déclaration commune adoptée par le CBP, publiée aujourd'hui.

Certains défis, cependant, sont la «désinformation» et l'investissement dans des «domaines critiques pour la sécurité nationale», lue dans la note du ministère.

La Commission bilatérale permanente entre le Portugal et les États-Unis indique qu'il existe "un potentiel pour explorer une collaboration plus solide en matière de sécurité maritime coopérative et de développement de capacités de défense" entre les deux pays.

"Les États-Unis et le Portugal ont également convenu qu'il était d'une importance vitale de maintenir les investissements dans la défense en ces temps de turbulences", explique le CBP.

Dans ce contexte, la base de Lajes, aux Açores, a été un point important de la réunion, avec «une proposition portugaise de redéfinition du périmètre de la base» et avec «l'avancement des discussions» sur un plan global d'infrastructure entre le Portugal et les États-Unis, dont la création a été mentionnée lors d'une réunion du CBP en décembre 2017.

Le CBP déclare également avoir enregistré «les projets de discussions de suivi en face à face à San Antonio et Lajes» en relation avec les résultats techniques des sites 3001 et 5001.

Pour cette commission, la Base das Lajes est la preuve du «dynamisme du partenariat bilatéral de défense» et des «contributions du Portugal (…) à la sécurité transatlantique et mondiale».

Le CBP souligne également «l'engagement mutuel (…) à promouvoir la préservation et l'utilisation durable des ressources marines et océaniques»

Les deux pays ont «des intérêts communs dans le développement de l'économie bleue dans divers secteurs et dans le renforcement des relations bilatérales en termes de coopération dans les domaines de l'innovation bleue, de la technologie et des clusters marins», lit-on dans la déclaration conjointe du CBP.

"Des sujets d'intérêt mutuel, tels que la sécurité de l'Atlantique, le rôle stratégique des Açores et de l'Afrique subsaharienne, restent à l'ordre du jour", soutient le CBP.

La 43e réunion du CBP était présidée conjointement par la directrice générale de la politique étrangère, Madalena Fischer, et par le sous-secrétaire d'État adjoint américain pour l'Europe de l'Ouest, Shawn Crowley.

L'ambassadeur du Portugal aux États-Unis, Domingos Fezas Vital, l'ambassadeur des États-Unis au Portugal, George Glass, et le président du gouvernement régional des Açores, Vasco Cordeiro, ont participé à la réunion.

La prochaine réunion de la Commission bilatérale permanente entre le Portugal et les États-Unis est prévue en décembre, au Portugal.

La pandémie de covid-19 a déjà fait plus de 596 000 morts et infecté plus de 14 millions de personnes dans 196 pays et territoires, selon un rapport de l'agence française AFP. ???????

Le Portugal compte au moins 1 684 décès associés à la covid-19 sur 48 390 cas confirmés d'infection, selon le dernier bulletin de la direction générale de la santé (DGS).

Les États-Unis sont le pays qui compte le plus de décès (139 266) et le plus de cas d'infection confirmés (plus de 3,6 millions).

EYL // JPF