Le Portugal, huitième producteur d'huile d'olive au monde, devrait connaître une baisse de production lors de la campagne oléicole 2020/2021 par rapport à la précédente et produire 100000 tonnes, selon la plus grande association nationale du secteur.

Les perspectives de production au Portugal dans la campagne oléicole 2020/2021, qui a débuté au milieu de ce mois, indiquent 100000 tonnes d'huile d'olive, a déclaré aujourd'hui à Lusa le directeur exécutif d'Olivum – Southern Olive Growers Association, Gonçalo de Almeida Simões. .

Il s'agit d'une «baisse de 40 mille tonnes» par rapport à la campagne 2019/2020, lorsque le Portugal a produit 140 mille tonnes et «battu le record» de la production nationale de pétrole «des 80 dernières années», at-il souligné.

L'Alentejo, la région portugaise qui produit le plus d'huile d'olive et qui représente environ 75% de la production nationale, devrait également enregistrer une baisse et produire 75 mille tonnes d'huile lors de la campagne 2020/2021, soit 25 mille tonnes de moins que les 100 mille produits. dans le précédent, il a estimé.

Selon le responsable, "les chiffres ne sont pas une surprise pour le secteur" et la baisse attendue de la production d'huile d'olive dans la campagne oléicole 2020/2021 "est normale", car l'oliveraie, étant une culture permanente, "obéit à une logique de récolte et contre récolte ».

En d'autres termes, après une campagne de forte production d'olives et d'huile, comme ce fut la précédente en 2019/2020, "il est normal que dans la campagne suivante", dans le cas de l'actuelle en 2020/2021, il y ait moins de production, a-t-il expliqué.

Malgré la baisse de la production d'huile d'olive en termes quantitatifs, "ce sera une bonne campagne" et "l'attente, en termes de qualité, est que 95% de l'huile produite au Portugal reste vierge et extra vierge".

À cet égard, a-t-il souligné, le Portugal est le plus grand producteur d'huile d'olive extra vierge et vierge sur le marché mondial, suivi par, à égalité pour la deuxième place, l'Espagne et l'Italie, où «seulement 70%» de l'huile produite est extra vierge et vierge.

Selon Gonçalo de Almeida Simões, les «données positives» de la campagne oléicole 2020/2021 sont que les prévisions indiquent une «augmentation de 7% de la consommation d'huile d'olive dans le monde, ce qui se traduit par une inversion de la tendance des dernières années» .

Selon Olivum, le Portugal est actuellement le septième plus grand producteur d'olives au monde, le huitième plus grand producteur d'huile d'olive et le neuvième pays avec la plus grande superficie d'oliviers.

Interrogé par Lusa sur le point de savoir si la pandémie de covid-19 affecte la campagne oléicole 2020/2021, notamment en termes d'embauche de main-d'œuvre pour récolter les olives, Gonçalo de Almeida Simões a répondu que non.

"Les campagnes de cette année pour la récolte du raisin, des amandes et des fruits rouges ont déjà été menées et les choses se sont bien passées dans ce chapitre [travail] et on estime qu'elles sont également menées dans la campagne oléicole", a-t-il déclaré.

Olivum rappelle que le Portugal a garanti l'autosuffisance en huile d'olive depuis 2014 et que l'investissement dans le secteur oléicole a permis au pays de passer d'une production de 80000 tonnes cette année-là à 140000 tonnes en 2019.

Les compagnies d'huile d'olive opérant au Portugal sont «majoritairement portugaises» et le secteur a réussi à attirer des investissements étrangers et de plusieurs pays, comme l'Espagne, l'Angleterre, le Chili, l'Arabie saoudite, la Suisse et le Danemark.

Actuellement, Olivum, qui prétend être «la plus grande association d'oliviers et de moulins au Portugal, compte 100 membres, représentant 300 exploitations, qui occupent 40000 hectares d'oliviers, la plupart dans l'Alentejo, mais aussi certains à Ribatejo, et 10 moulins.

LL // JNM