RADNET, fin 2020, "sera composé de 24 stations fixes qui assureront la surveillance de la radioactivité dans l'air et l'eau, en l'occurrence, dans les trois principaux fleuves nationaux, couvrant le nord, le centre et le sud du pays", selon la source.

Le réseau est géré par l'Agence portugaise de l'environnement (APA) et se compose de stations qui mesurent en continu le rayonnement gamma (rayonnement électromagnétique, le plus dangereux pour l'homme, généralement associé à l'énergie nucléaire) dans l'air, et les informations peuvent être consultées via le site Web https://radnet.apambiente.pt/.

En plus des stations fixes, RADNET comprend deux stations portables et une station dans un véhicule, qui peuvent être placées n'importe où, en cas d'urgence, ou remplacer l'une des stations fixes inopérantes.

Selon la source, l'amélioration et l'expansion de RADNET ont commencé en 2013, avec le remplacement des anciennes stations par des modèles de pointe et l'installation de nouvelles stations. Il dispose d'un investissement global d'environ 2,5 millions d'euros provenant de POSEUR, INTERREG (fonds européens) et du propre budget de l'APA.

RADNET dispose actuellement de 19 stations, cinq de plus qu'en 2013, 17 pour surveiller la radioactivité environnementale dans l'air et deux pour surveiller la radioactivité dans les fleuves Tage et Douro, une au barrage de Fratel (Tejo) et une autre au barrage de Pocinho ( Douro).

Les stations de surveillance de la radioactivité ambiante dans l'air sont situées dans des endroits allant de Bragance, Porto, Coimbra, Castelo Branco, Évora, Sines et Faro, en plus de Ponta Delgada et Funchal.

Selon le plan des stations fourni à Lusa, lorsque toutes ont été achevées et opérationnelles, il existe au moins cinq stations à l'intérieur du Portugal dans les régions de Castelo Branco et Portalegre.

Du côté espagnol, à un peu plus de 100 kilomètres de la frontière avec le Portugal, se trouve la centrale nucléaire d'Almaraz, dont la fermeture a été demandée avec insistance par plusieurs organisations et entités (notamment des écologistes), nationales et espagnoles.

Cette semaine, la Chambre de Portalegre a demandé la fermeture de l'usine, soulignant qu'elle est "obsolète et en fin de cycle de vie". L'ordre est intervenu après deux incidents survenus dans l'usine en cinq jours.

Toujours selon les informations fournies à Lusa concernant RADNET, l'équipement a été remplacé dans neuf des 14 stations les plus anciennes et d'ici la fin de l'année, l'équipement des stations de Porto, Penhas Douradas, Portalegre, Elvas et Beja sera remplacé. Une nouvelle station sera également installée dans le quartier de Viana do Castelo, vraisemblablement à Monção, et une autre pour surveiller la radioactivité dans l'eau du fleuve Guadiana.

En outre, "le réseau disposera également de trois stations automatiques de surveillance des aérosols radioactifs et de l'iode radioactif qui seront installées à Vila Real, Abrantes et Évora", selon les mêmes informations officielles.

«Avec cette amélioration significative de RADNET, le Portugal est doté d'un réseau moderne, avec une couverture territoriale adéquate et des capacités accrues pour la détection et l'identification des radio-isotopes qui sont la source de toute alarme», indique l'information à Lusa.

FP // HB

Le contenu du Portugal couvert par un réseau d'alerte de radioactivité jusqu'à la fin de l'année apparaît pour la première fois à Visão.