Le texte final présenté par la Commission de l'agriculture et de la mer, approuvé aujourd'hui avec l'initiative libérale s'abstenant, résulte des projets de résolution de plusieurs parties, à savoir le PSD, le PS, le CDS-PP, le BE et le PCP.

Dans le document, il est indiqué que l'évaluation des pertes doit être effectuée par «des équipes compétentes pour établir des mécanismes de soutien et les montants nécessaires pour faire face aux besoins immédiats des agriculteurs touchés».

Le Parlement souhaite également que le gouvernement «évalue et étudie la possibilité de déclarer la situation de calamité publique pour les principales régions touchées par la tempête et, par conséquent, mobilise les instruments nécessaires».

Selon lui, le gouvernement devrait fournir «un soutien financier d'urgence aux agriculteurs touchés par ces conditions météorologiques, afin d'atténuer les pertes résultant de la destruction de la production agricole et de soutenir la restauration du potentiel de production, par le biais des programmes communautaires en vigueur». .

En outre, il devrait apporter «un soutien financier d'urgence à tous les agriculteurs touchés par les intempéries et la destruction des cultures, notamment en termes de viticulture et de culture fruitière», ajoute-t-il.

La création «d'une ligne de crédit bonifiée destinée aux producteurs des régions les plus affectées par le climat qui doivent restaurer le potentiel de production» et «d'un système d'assurance avec un soutien public à la production, particulièrement adapté à l'agriculture familiale, à des prix compatibles avec la réalité de l'agriculture nationale », sont d'autres mesures défendues.

Les députés espèrent que le gouvernement, après avoir écouté les organisations représentatives des agriculteurs, prendra les mesures nécessaires «pour la création et la régulation d'un fonds d'indemnisation des revenus des agriculteurs, à activer en cas de conditions climatiques extraordinaires qui compromettent les récoltes et / ou cultures agricoles et potentiel de production ».

Les autres recommandations qui restent sont la possibilité "d'exempter les producteurs agricoles affectés en totalité de leurs revenus agricoles par cette altération des charges sociales pendant un certain temps" et que le gouvernement défend, dans le cadre des négociations de la politique agricole commune, «Des instruments de gestion des crises et des risques financièrement solides, adaptés à la réalité nationale».

AMF // SSS

Le contenu du Parlement veut qu'une «étude exhaustive» des pertes agricoles dues aux intempéries apparaisse d'abord à Visão.