L’économie était au centre des préoccupations de l’ancien chef parlementaire du banc social-démocrate lors de la présentation qu’il a faite cet après-midi aux militants du parti au centre de congrès Europarque, à Santa Maria da Feira, où le sujet a également été exploré par Emídio Sousa, récemment élu président du district d’Aveiro, et par Carlos Coelho, ancien député européen et actuel directeur de la campagne du Monténégro pour les élections du 28 mai.

Premièrement, Emídio Sousa a défendu qu’il faut arrêter d’avoir « honte de parler de Cavaco Silva » car sous aucun autre gouvernement le Portugal n’a réussi à se développer autant ; plus tard, Carlos Coelho a prévenu que, même dans un contexte d’inflation et de guerre, le pays doit « croître plus que la moyenne européenne pour converger avec ses partenaires ». Puis a suivi Luís Montenegro, qui a expliqué que la question est décisive car « la croissance de l’économie est un moyen – c’est l’instrument – pour apporter une qualité de vie aux gens ».

Pour le candidat à la direction nationale du PSD, il est « scandaleux que les processus d’octroi de licences et d’investissements manquent d’autant de papiers et d’avis dès le départ », et que « il faut encore que ce soit le citoyen qui cherche ce qui est déjà en possession de l’État, de rechercher des informations que l’État lui-même détient ».

Le Monténégro déclare donc que « la bureaucratie doit être éliminée ». L’octroi de licences « doit être de plus en plus facile et l’État doit faire confiance à la société », rationaliser les procédures initiales et le suivi plus détaillé par la suite, car, face à une idée d’entreprise et au capital de financement dû, « il faut laisser l’idée à flux et pour que les gens prennent un risque ».

Se demandant pourquoi le gouvernement ne réorganise pas son administration afin de faciliter les investissements, le Monténégro affirme que « l’État doit savoir se parler entre départements », évaluant également la compétence des fonctionnaires afin de déterminer où ils sont vraiment nécessaires. .

Selon le candidat, les gouvernements socialistes successifs n’ont pas été en mesure de le faire. Rappelant qu’en 27 ans de gouvernance démocratique, seuls sept étaient dirigés par les sociaux-démocrates et qu’ils étaient toujours « concentrés sur la correction des erreurs du PS », le Monténégro justifie cette analyse par ce qui « sort du lot » : le Portugal est « de plus en plus dans la queue de l’Europe ». en termes de revenu par habitant et de capacité à générer de la richesse » et a aussi « la pression fiscale la plus élevée » de la communauté européenne, sans que cela se traduise, comme dans les pays nordiques, par la réduction des inégalités sociales.

L’ancien leader parlementaire du PSD promet donc une « modernisation administrative » dans laquelle les besoins des petites et moyennes entreprises sont pris en compte, et il y a aussi de la place pour les grandes – notamment parce qu' »un pays qui n’a pas de grandes entreprises et groupes économiques c’est évidemment un pays pauvre ».

Argumentant que les progrès se font « principalement par des moyens privés », le candidat ajoute : « Je ne veux pas que l’Etat se mêle de tout et partout. Je crois que quand on focalise tout sur l’Etat, le résultat c’est la crise financière – et les résultats sont là – ou alors c’est un nivellement par le bas ».

AYC // SLX