La présidente du collectif des magistrats, Celeste Marques, a reprogrammé la première séance du procès au 24, puisque le procureur est en isolement prophylactique depuis samedi. Deux autres sessions étaient également prévues, les 14 février et 14 mars.

Le début du procès avait déjà été prévu pour le 15 novembre 2021, ayant été reporté car l’un des avocats a demandé du temps pour analyser le procès Turismo de Portugal associé à cette affaire.

Soares da Costa, deux anciens dirigeants de ce groupe de construction civile, et trois promoteurs d’un hôtel cinq étoiles à Praia da Tocha, Cantanhede, ainsi que les deux sociétés qu’ils auraient utilisées pour l’entreprise, sont jugés pour fraude possible dans l’obtention soutien de Turismo de Portugal.

Dans la foulée, le parquet demande le remboursement de 1,2 million d’euros obtenus indûment grâce à un programme de soutien par Turismo de Portugal, plus 150 mille euros d’intérêts, selon l’acte d’accusation auquel l’agence Lusa a eu accès.

L’enjeu est un projet de construction d’un hôtel cinq étoiles avec spa à Praia da Tocha, candidat au programme de système d’incitation à l’innovation de Turismo de Portugal.

Dans l’intervention, qui n’a jamais été achevée, un investissement global de 5,77 millions d’euros était prévu, ce qui correspondrait à une incitation de Turismo de Portugal de 3,75 millions d’euros (65% de l’investissement éligible).

Les promoteurs auraient convenu avec un ancien directeur de Soares da Costa et son ancien directeur financier d’un plan visant à « aider à émettre des factures et des reçus de paiement respectifs, détaillant les services et les travaux, comme s’ils avaient été réalisés et payés, ce qu’ils savaient ce ne serait pas le cas », déclare le ministère public.

Au moyen de prétendues méthodes d’« ingénierie financière », les prévenus ont remis à Turismo de Portugal les factures émises par Soares da Costa prouvant l’investissement, qui n’avait pas été réalisé, et l’entité a transféré l’argent, qui a ensuite circulé entre plusieurs comptes, revenant à nouveau à la société promouvant l’œuvre pour prétendument donner l’apparence d’une augmentation de capital de la société.

Jusqu’à la résiliation du contrat d’octroi d’incitations avec Turismo de Portugal pour manquement fautif aux obligations, cette entité a transféré environ 1,2 million d’euros d’aides à l’entreprise promotrice.

De ce montant, 240 mille euros seront allés à Soares da Costa, 380 mille euros à une autre société des accusés qui a promu l’œuvre et 490 mille euros pour les actifs des trois promoteurs.

En février 2018, Soares da Costa a vu le processus spécial de revitalisation approuvé.

CMM (JGA) // SSS

Le jugement de contenu par Soares da Costa et les promoteurs hôteliers de la torche a été reporté apparaît en premier sur Visão.