Le Premier ministre António Costa a finalement donné la date du jeudi 11 mars comme le moment où le gouvernement portugais présentera son plan de déconfinement du pays. Et il a confirmé que le premier secteur à rouvrir sera les écoles (voir top story).

Mais lors de sa conférence de presse de vendredi après la réunion du Conseil des ministres, il a souligné le «danger» de personnes croyant que le pire est passé. «Nous devons être très prudents», a-t-il déclaré – d’autant plus que le «degré d’enfermement volontaire» des citoyens semble diminuer. «Nous ne pouvons pas courir de risques».

Néanmoins, il a convenu que, comme «vous tous», il a hâte de voir le pays débloqué. «Je comprends parfaitement les coûts de ces mesures. Nous (le gouvernement) travaillons à une autre évaluation dans les 15 prochains jours »- cette dernière phrase signifie que le gouvernement espère commencer à assouplir les mesures de verrouillage au cours de la dernière quinzaine de mars (même si ce n’est que sous la forme d’autoriser les écoles à revenir).

Sinon, le message dominant dans le discours de M. Costa à la nation était que «personne ne peut garantir qu’à l’avenir il n’existera pas de nouvelles variantes. Nous sommes sur la voie de la réduction des nouveaux cas, des internements et des décès à l’hôpital – mais nous devons persister dans les deux prochaines semaines pour consolider et améliorer ce que nous avons déjà accompli. Il reste encore beaucoup à faire, mais je comprends l’anxiété des gens. Je ne veux créer aucune sorte d’illusion. Pour l’instant, tout doit rester tel quel ».