Mário Cláudio s'est distingué par le livre «Triptyque du salut», choisi par un jury composé d'enseignants, d'écrivains et d'essayistes José Manuel de Vasconcelos, Ana Paula Arnaut, António Pedro Pita, Cândido Oliveira Martins, Isabel Cristina Rodrigues et José Carlos Seabra Pereira.

C'est la troisième fois que Mário Cláudio remporte le Grand Prix APE, après l'avoir remporté en 1984, avec «Amadeo», et, en 2014, avec «Retrato de Rapaz».

Selon l'annonce du lauréat, qui a eu lieu en juillet dernier, la décision du jury a été prise à la majorité, soulignant «la maîtrise inhabituelle de la langue portugaise et la façon dont (l'auteur) retient l'attention du lecteur, créant des lignes de attente dans la composition des échecs narratifs ».

«Triptyque du salut», édité par Don Quichotte, «ramène l'extraordinaire compétence de l'auteur à recréer des environnements: couleurs, sons, saveurs», a justifié le jury.

Mário Cláudio est le pseudonyme littéraire de Rui Manuel Pinto Barbot Costa, né en 1941 à Porto. Il est diplômé en droit et a lancé son premier livre en 1969, un livre de poésie intitulé "Cycle of Cypris".

Avec un travail qui couvre la nouvelle, le roman, la chronique, le théâtre, l'écriture pour enfants, l'essai et le roman, Mário Cláudio a déjà reçu plusieurs distinctions littéraires, à savoir le prix PEN-Clube Português de Novelística, le D. Dinis da Casa de Mateus e le prix Pessoa (2004), pour l'œuvre dans son ensemble.

Mário Cláudio a reçu les distinctions de l’Ordre militaire de Sant'Iago da Espada, du Chevalier des Arts et des Lettres, décernées par le Ministère français de la Culture, et de la Grand Croix de l’Ordre de l’Infant D. Henrique.

À la fin de l'année dernière, il a reçu le titre «honoris causa» de l'Université de Porto, pour ses 50 ans de vie littéraire et pour la collaboration civique qu'il développe à partir de cette ville.

La sélection de Mário Cláudio, par le jury de cette édition du prix, n'a pas été unanime, car Isabel Cristina Rodrigues a voté pour «A Visão das Plantas», de Djaimilia Pereira de Almeida, l'une des finalistes.

Les autres finalistes pour le prix, annoncé par l'APE, étaient «Le geste que nous faisons pour protéger la tête», d'Ana Margarida de Carvalho, «Homens de Pó», d'António Tavares, et «A Luz de Beijing», de Francisco José Viegas .

Le Grand Prix Romance et Novela, institué en 1982 et doté de 15 mille euros de valeur monétaire, est une initiative de l'APE avec le soutien de la Direction générale des livres, archives et bibliothèques (DGLAB), de la municipalité de Grândola, de la Fondation Institut Calouste Gulbenkian et Camões.

La cérémonie de remise des prix sera suivie par le secrétaire d'État au cinéma, à l'audiovisuel et aux médias, Nuno Artur Silva.

AL / SS / MAG // MAG

Le contenu du Grand Prix de Romance et Novela est livré à Mário Cláudio lors d'une session au Gulbenkian qui apparaît en premier à Visão.