Le gouvernement va vendre aux enchères l’exploitation de 262 mégawatts (MW) d’énergie solaire dans sept barrages du pays, dont 100 à Alqueva, le « plus grand projet solaire flottant au monde », selon le secrétaire d’État João Galamba. .

« Dans cette vente aux enchères, seulement 262 MW seront placés dans sept barrages différents : Alqueva, Castelo de Bode, Cabril, Alto Rabagão, Paradela, Salamonde et Tabuaço. Les superficies ou les capacités disponibles vont d’un minimum de 8 MW au barrage de Salamonde à 100 MW au barrage d’Alqueva », a déclaré aujourd’hui le secrétaire d’État adjoint à l’Énergie, João Galamba, lors d’une conférence de présentation à Lisbonne.

S’exprimant devant le ministère de l’Environnement et de l’Action pour le climat, João Galamba a déclaré que dans le cas du barrage de l’Alentejo, la vente aux enchères, « à remporter par un seul projet, sera le plus grand projet solaire flottant au monde ».

Dans la région hydrographique du Tage, 50 MW seront mis aux enchères à Castelo de Bode et 33 MW à Cabril, et dans la région Nord, 42 MW seront mis aux enchères à Alto Rabagão, 17 à Vilar-Tabuaço, 13 MW à Paradela et 8 à Salamonde.

Le responsable gouvernemental a également ajouté que l’Agence portugaise de l’environnement (APA) « a identifié environ 700 hectares dans les bassins déjà étudiés ».

« Nous n’allons pas mettre aux enchères ces 700 hectares, pour la simple raison que nous n’avons toujours pas la capacité disponible pour l’ensemble de cette zone, qui a déjà été prédéfinie par l’APA », a-t-il évoqué.

João Galamba a également déclaré que le gouvernement a déjà demandé à REN – Redes Energeticas Nacionais « d’inclure dans ses plans d’infrastructure, le PDIRT-E, les renforcements de réseau nécessaires pour tirer pleinement parti des zones précédemment identifiées par l’APA ».

« De cette façon, nous pouvons lancer un ensemble d’enchères avec un calendrier stable que nous avons l’intention de lancer jusqu’en 2024 et 2025 », a-t-il ajouté.

« Nous lancerons une succession de ventes aux enchères où nous profiterons au moins de ces 700 hectares déjà identifiés. D’autres barrages devaient être évalués. Nous le ferons à l’avenir », a déclaré João Galamba.

Le responsable gouvernemental a également déclaré que ce type de structure « présente des avantages d’un point de vue énergétique et environnemental », à la fois parce qu’il « n’occupe pas de territoire potentiellement précieux dans d’autres domaines », et parce que « en raison d’un meilleur contrôle de la température » dans l’eau , « a des gains en termes d’efficacité. »

Selon João Galamba, il a été demandé à l’APA « d’identifier les zones, en sauvegardant un ensemble d’usages et de thèmes liés principalement à la lutte contre les incendies ».

« Le Portugal possède un ensemble très important de barrages et de miroirs d’eau qui peuvent être utilisés pour produire de l’électricité », a-t-il fait référence.

Présent à la séance, le vice-président de l’APA, José Carlos Pimenta Machado, a expliqué que dans les territoires des barrages « la masse d’eau est publique, le lit et les berges sont privés », ce qui permet la tenue d’enchères ouvertes. .

JE // JNM