Le plan de relance et de résilience du Portugal, qui a été présenté à Bruxelles par le Premier ministre António Costa la semaine dernière, dispose de 200 millions d'euros réservés pour lutter contre les problèmes chroniques de pénurie d'eau en Algarve entre 2021 et 2026.

Selon le tabloïd Correio da Manhã, l’argent sera dépensé conformément aux actions prioritaires décrites dans le plan régional d’efficacité de l’eau de l’Algarve (Plano Regional de Eficiência Hídrica do Algarve, ou PREHAlg).

Il y a plusieurs projets sur la table, ajoute le tabloïd.

La construction d'une usine de dessalement en fait partie, ainsi que la construction de nouveaux barrages, notamment le barrage de Foupana entre Alcoutim et Castro Marim qui est en cours depuis les années 1970.

Le gouvernement étudie également la possibilité d'obtenir de l'eau du fleuve Guadiana en le reliant au barrage d'Odeleite – un projet qui nécessiterait un accord avec l'Espagne, souligne CM.

Relier les barrages de Santa Clara (Odemira) et Odelouca (Silves) est une autre option, quoique peu probable car le premier est «déjà confronté à des difficultés pour répondre à la demande d'irrigation».

La collecte de l'eau des canaux de dérivation de la voie navigable de Rogil, qui autrement se dirigerait vers la mer, est également une possibilité, ainsi que l'utilisation d'eau recyclée (eaux usées qui ont été traitées) pour l'irrigation.

La situation de sécheresse en Algarve a été qualifiée de «dramatique» au début du mois par António Pina, maire d’Olhão et président de l’Association des municipalités de l’Algarve (AMAL) (cliquez ici).

«S'il ne pleut pas plus cet automne que l’année dernière, nous serons dans une situation très, très, très difficile. S'il ne pleut pas autant que d'habitude en automne et en hiver, nous devrons certainement mettre en place des restrictions d'ici la fin de l'année prochaine », a-t-il déclaré à SIC.

En fait, les barrages d'Odeleite et de Beliche dans l'est de l'Algarve sont très proches d'atteindre des niveaux d'eau historiquement bas.

Certains maires de l'Algarve, y compris Pina, ont appelé à la construction de nouveaux barrages, bien que le ministre portugais de l'Environnement ait déclaré en février que la construction de plus de barrages ne résoudra pas les problèmes d'eau de l'Algarve et que la solution réside dans une gestion plus efficace de l'eau ainsi que la construction d'une usine de dessalement.

michael.bruxo@algarveresident.com