Il s’agit d’une décision de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNPD), signée le 21 décembre, qui ordonne à l’Agence de modernisation administrative (AMA) de mettre à disposition, dans un délai de six mois, jusqu’à fin juillet, un moyen alternatif de certification de ses travailleurs, autres que la carte de citoyen (cc) ou la clé numérique mobile, lorsqu’une telle certification est nécessaire à l’exercice des fonctions.

Le processus de délibération, vieux de près de quatre ans, a été ouvert par la commission en 2018, après la réception de participations contre l’AMA qui a signalé des travailleurs affectés à l’espace citoyen de la Loja do Cidadão de Braga qui, afin d’attribuer une clé numérique mobile aux citoyens, en ‘back-office’, ils devaient s’authentifier avec la carte citoyenne ou avec la clé numérique mobile.

S’adressant cet après-midi à l’agence Lusa, la secrétaire d’État à l’Innovation et à la Modernisation administrative, Maria de Fátima Fonseca, a déclaré que l’AMA « analyse la délibération » et qu' »une solution adéquate à ce problème sera bientôt trouvée », notant que qu’il s’agit d’authentification professionnelle sur les plateformes et non de sécurité dans l’utilisation de ces moyens.

« Ce processus, ouvert depuis 2018, n’implique aucune situation liée ni à la carte citoyenne ni à la clé numérique mobile, comme moyen d’authentification. Tous deux respectent toutes les règles formelles de sécurité requises. Ce qui est en jeu, c’est une question d’organisation pour l’AMA, qui est la nécessité éventuelle pour l’AMA de fournir un autre moyen alternatif aux travailleurs des espaces citoyens pour pouvoir s’authentifier dans leur qualité professionnelle », a-t-il souligné.

Selon la délibération de la CNPD, signée par la présidente de cette entité, Filipa Calvão, et publiée sur son site Internet, « la lettre de la loi [do Regime Geral de Proteção de Dados] est clair lorsqu’il établit que le titulaire du CC n’utilise ses fonctionnalités de certification électronique qu’autant qu’il le souhaite », explique Filipa Calvão dans la délibération, arguant que dans le cas de l’AMA, l’authentification « ne dépend pas » de la volonté du travailleur, car il est nécessaire à l’exercice des fonctions et il n’y a pas d’alternative, c’est pourquoi il s’agit d’une « demande » de travailleurs ».

« En fait, si une alternative à l’utilisation de ces moyens n’est pas garantie, le traitement des données personnelles est illicite et, par conséquent, il devient inutile d’évaluer l’adéquation des moyens pour atteindre l’objectif », lit-on dans le texte de la délibération.

AEC (VP) // GAM

Contenu Le gouvernement analyse la délibération sur la protection des données des employés de Lojas de Cidadão apparaît en premier sur Vision.