Malgré une flambée de covid-19 sur le chantier de construction du complexe industriel de la péninsule d'Afungi, la situation a été réglée plus tôt ce mois-ci et la région sera le théâtre d'une visite vendredi par le ministre des Ressources minérales et de l'Énergie. -marché.

Ni la pandémie ni les attaques armées dans la région entourant l'investissement n'ont compromis l'objectif: Total maintient l'année 2024 comme date limite pour démarrer la production dans ce qui est le plus grand projet d'investissement en cours en Afrique.

Ce qui a le plus changé au cours de l'année écoulée, c'est le prix du baril de pétrole, l'une des variables sur lesquelles repose la durabilité du projet, qui est tombé à environ la moitié.

Les scénarios de base pour les trois projets gaziers, situés dans le bassin de Rovuma, dans le nord du Mozambique, ont été élaborés sur la base de l'hypothèse que le baril de pétrole (brent) est "entre 45 et 60 dollars", selon le projet, a déclaré le président de l'Institut national du pétrole (INP).

Il y a un an, c'était environ 60 dollars, mais après l'impact de covid-19, il est d'environ 40.

Zacarias a toutefois déclaré que les projets mozambicains ne devraient commencer leur pleine production qu'après 2023, dans le cas du projet Coral Sul, et 2025, pour le projet de la zone 1.

A l'époque, "les prix doivent être à ce niveau (des scénarios de base respectifs) pour que le projet soit durable", a-t-il souligné, ajoutant que le prix du pétrole n'est qu'une des variables qui définiront la valeur de la richesse dans laquelle se trouve le plus gros gisement espère pour le développement du Mozambique au cours de la prochaine décennie.

Zacarias s'est entretenu avec des journalistes à Pemba, capitale de la province de Cabo Delgado, où les responsables gouvernementaux ont entamé aujourd'hui une réunion de deux jours avec le consortium Zone 1 pour l'exploration de gaz naturel au Mozambique, dirigé par Total.

La décision finale d'investissement dans la zone 1 a été annoncée il y a un an lors d'une cérémonie à Maputo en présence du président mozambicain, Filipe Nyusi, à une époque où le projet était toujours dirigé par la compagnie pétrolière américaine Anadarko – qui vendrait la participation à Total En septembre.

La compagnie pétrolière française est en tête du consortium avec 26,5%, aux côtés du japonais Mitsui (20%) et de la compagnie pétrolière mozambicaine ENH (15%), les autres actions étant détenues par l'ONG indienne Videsh (10%) et sa filiale Beas (10 %), Bharat Petro Resources (10%) et Thai PTTEP (8,5%).

LFO // JH

Le contenu du gaz du Mozambique sans délai pertinent un an après la décision d'investissement – le régulateur apparaît pour la première fois à Visão.