«Nous sommes ravis de la possibilité de revenir sur scène, même si nous savons que cela se passe dans des conditions compliquées. Il y a une énorme incertitude sur la façon dont nous serons dans trois mois, à quoi ressemblera l'hiver, s'il y aura ou non une deuxième vague », a déclaré à Lusa la chanteuse, Manuela Azevedo.

Le groupe se produit aujourd'hui au Festival Rádio Faneca, à la Praça da Casa da Cultura à Ílhavo, le 18 juillet au Théâtre municipal de Vila do Conde et, le 20, au Teatro Maria Matos, rouvert à Lisbonne.

Il n'y a que trois concerts confirmés en juillet et qui serviront aux Clans à montrer en direct l'album "Véspera" qui est sorti en mai, à une époque où ils vivaient encore en période d'isolement, à cause du nouveau coronavirus.

L'album était prévu pour le printemps et Manuela Azevedo dit que le groupe ne voulait plus le reporter, il fallait le partager avec le public.

«Véspera» a commencé à être composé fin 2018, notamment par le guitariste Hélder Gonçalves, et a par la suite compté sur l'entrée lyrique de plusieurs invités, dont Sérgio Godinho, Samuel andria et Carlos Tê.

Manuela Azevedo dit que, parmi tous, les paroliers et les musiciens, il y avait une harmonie qui s'est formée dans les chansons et qui gagne maintenant une nouvelle interprétation en période de pandémie.

"Cette chose que, ces dernières années, le monde change de telle manière et que des menaces de toutes sortes émergent, de la pollution de la planète, des crises de réfugiés, tout cela nous laisse avec une attente pour l'avenir", a-t-il dit. .

"Véspera" est "un disque très franc, très presque bidimensionnel dans ses éléments, il y a une grande clarté dans les éléments qui composent la chanson, il y a peu de couches, les choses sont très en face", a-t-il décrit.

À propos des mois durant lesquels, comme tout le secteur artistique et culturel, les clans ont dû s'arrêter, Manuela Azevedo parle de preuves de la précarité des travailleurs culturels.

«Ce truc de faire de la musique est une activité risquée. Nous devons être ces cigales qui chantent et doivent avoir un esprit de fourmi. Le fait que le statut des travailleurs intermittents ne soit pas reconnu et protégé signifie que l'activité artistique a toujours ce manque de protection dans sa nature », a-t-il souligné.

SS // MAG

Le contenu du clan revient à l'étape entre l'enthousiasme et l'incertitude en raison de la pandémie apparaît d'abord dans Vision.