« Nous savons que la rivière Vouga, comme toute rivière à fort débit, réserve bien des surprises. Bien que globalement il pleuve moins, il y a un plus grand risque de pleuvoir plus dans des périodes de temps plus concentrées et, pour cela, il est essentiel d’agir avec le temps et de préparer ces territoires », a défendu João Pedro Matos Fernandes.

Pour cela, la construction du barrage dans les Termas de São Pedro do Sul, district de Viseu, permettra « aux eaux de s’écouler librement » et, à cet égard, « le barrage à s’effondrer est très important, car lorsqu’une grande quantité de l’eau vient. , le barrage disparaît et le cours de la rivière est naturel ».

Mais, a défendu le ministre, « il est indispensable, même pour créer un agrément climatique, que, pendant la période estivale, il y ait de l’eau dans le village de São Pedro do Sul » et, pour cela, la première pierre pour la construction de la le nouveau barrage a été inauguré aujourd’hui. .

« C’est bien plus qu’un barrage. (…) C’est tout l’aménagement des berges depuis l’endroit où nous étions dans les bains romains jusqu’ici, jusqu’à l’ancien barrage et où il y en aura un nouveau, l’éclairage scénique du pont, la suppression de cette canalisation d’assainissement qui est là cela n’améliore en rien le pont et c’est la récupération de ce magnifique espace », a souligné Matos Fernandes.

Du Fonds environnemental, la mairie de São Pedro do Sul reçoit « environ 1 million », car c’est l’un des quatre projets qui, au niveau national, ont obtenu le soutien de ce fonds par le biais d’interventions dans les ressources en eau, avec Porto, Vila Real et Olhao.

« Cet espace est un espace thermal de grande qualité, avec une histoire à écrire et c’est pourquoi il est essentiel de préparer ces territoires à leur avenir thermal et à leur avenir urbain, au profit de ceux qui y vivent, de ceux qui travaillez ici et pour le bien de tous ceux qui viennent ici », s’est défendu le ministre.

Le jour où le ministre et la secrétaire d’État à l’Environnement, Inês dos Santos Costa, ont dévoilé la première pierre de la construction du barrage, le maire, Vítor Figueiredo, n’a pas caché sa satisfaction d’entamer la troisième étape, de quatre, du projet.

« Le travail comporte plusieurs volets et certains ont déjà été réalisés. L’un était le dessalement de l’espace où nous sommes (…), puis il y a l’assemblage de débitmètres que nous avons placés le long des rivières qui coulent ici jusqu’à la Vouga », a expliqué Vítor Figueiredo.

Ceci, a-t-il expliqué, « en temps et en heure pour savoir quand il y aura des inondations, ce qui n’existait pas et, à partir de ce moment », la municipalité est « en mesure de savoir quand il y aura des inondations et à quel le temps arrivera » dans l’espace spa.

« C’est fait. Le plus important et le plus structurel est la construction du barrage qui remplacera celui existant, qui est complètement obsolète et obsolète, avec la construction de nouvelles vannes électriques et hydrauliques qui, en même temps, draineront le fond de la rivière. , » il expliqua.

Avec cela, a-t-il ajouté, « cela fera s’écouler toutes les matières inertes qui s’accumulent et sera entraînée par l’eau », de la même manière qu' »il y aura plus de débit d’eau, empêchant, à son tour, les inondations dans cette zone. » du spa.

Il n’y a pas de date pour terminer ces travaux, car il est « actuellement dans la phase finale de la Cour des comptes », a expliqué le maire, le projet culmine avec la construction d’une quatrième phase qui comprend la construction d’une passerelle dans le quartier de Carvalhedo . , « empêchant ainsi les gens de marcher sur la route ».

IYN // SSS