« Moins de voitures, plus d’espace pour les gens », s’est défendu Pedro Monteiro, qui fait partie de l’initiative Massa Crítica, qui célèbre l’utilisation du vélo et qui a décidé, avec des associations pour la justice climatique, d’organiser la manifestation après avoir appris, mercredi à nuit, cette partie de la piste cyclable Almirante Reis a été supprimée.

Promue via les réseaux sociaux, la manifestation a commencé timidement, avec une trentaine de personnes à 17h00, la police remettant en cause la légitimité d’occuper la route, mais l’organisation a refusé de se démobiliser et la participation est passée à environ 70 à 18h00. : 30.

Les manifestants ont transformé environ 30 mètres de la section descendante de l’Avenida Almirante Reis, entre Alameda et Praça do Chile, en un espace de pique-nique, avec des serviettes étalées sur le tarmac et avec diverses collations.

Inspirée de l’initiative « Pic Nic the Streets », qui a émergé à Bruxelles pour défendre plus d’espace public pour que les citoyens puissent en profiter au lieu de se soucier du flux de voitures, la manifestation a réuni des utilisateurs de vélos, à savoir des familles avec des bébés et des enfants qui ont pris le possibilité de jouer au milieu de l’avenue.

Contre la « destruction » de la piste cyclable Almirante Reis et l’idée de « mettre plus de voitures sur l’avenue », Pedro Monteiro a estimé que la ville doit être « plus pour les gens, plus pour la qualité de vie et pas tellement ». comme un carrefour ». « , dans lequel « les gens passent, ils ne s’arrêtent même pas, ils n’utilisent pas les commerces, ils ne connaissent pas la ville qu’ils traversent ».

L’organisateur de la manifestation a déclaré que la solution provisoire présentée par le maire de Lisbonne, Carlos Moedas (PSD), pour la piste cyclable « correspond à la première version » proposée par l’ancien maire, Fernando Medina (PS), et qu’elle a soulevé « d’immenses enjeux » en termes de sécurité, car il s’agit « d’une étroite bande cyclable à double sens ».

Bien qu’il reconnaisse qu ‘«il y a d’immenses points à améliorer», y compris la continuité des pistes cyclables, Pedro Monteiro a suggéré que jusqu’à ce qu’une meilleure solution soit étudiée, la piste cyclable devrait rester telle quelle, car «cela n’a aucun sens de changer pour le pire » et « les automobilistes eux-mêmes se sont déjà adaptés et sont habitués à cette situation ».

Reliant la mobilité à la question du logement, le chef de l’initiative Massa Crítica a souligné que « les gens doivent pouvoir vivre en ville », ce qui facilite l’utilisation des vélos, soulignant que l’Avenida Almirante Reis « vous permet d’atteindre pratiquement n’importe quel point de Lisbonne en 15 minutes à vélo, c’est pourquoi la lutte pour la piste cyclable est aussi si intense et si importante ».

Avec sa famille assise sur le tarmac de l’avenue en train de grignoter, Bárbara Duque, 39 ans, vit à Lisbonne depuis près de deux décennies, utilise déjà divers moyens de transport et, depuis six ans, utilise son vélo depuis excursions d’une journée, « même avec les enfants », en me rappelant l’époque où je traversais Almirante Reis sans piste cyclable, c’est-à-dire « sans chemin sûr ».

« Cette avenue est très belle et le sera de plus en plus si elle peut être utilisée par des gens », a souligné le cycliste, dans des déclarations à Lusa, soutenant l’idée d’une ville de proximité dans laquelle « il est logique de se diviser ». l’espace de manière plus démocratique. », y compris un espace pour que les enfants puissent jouer librement dans la rue.

Concernant la proposition de Carlos Moedas pour la piste cyclable, Bárbara Duque a déclaré qu’elle ne savait toujours pas si elle était contre, car elle a le sentiment que le maire « dit chaque jour quelque chose de différent », mais a noté que la chose fondamentale est « de ne pas prendre des décisions et ne pas commencer à réaliser des travaux sans la garantie qu’il y a une piste cyclable », donc la solution « ne peut pas être de désactiver une piste cyclable en pleine nuit ».

Admettant que la piste cyclable actuelle « n’est pas totalement sûre », le cycliste a renforcé qu’il « faut y penser, mais qu’il ne peut pas être supprimé puis réfléchi », ajoutant qu' »il n’est pas nécessaire d’avoir quatre voies pour les voitures » .

Lisant un livre alors qu’il protestait contre le projet de suppression de la moitié de la piste cyclable, Artur Vasco, un étudiant en sciences politiques de 24 ans originaire de Lisbonne, a déclaré qu’il avait vécu à Almirante Reis avant l’installation de la piste cyclable et que « la pollution et le bruit » et a fait valoir que l’avenue ne peut pas être réservée aux voitures, il faut plus d’espace pour les piétons et les moyens doux, comme les vélos et les scooters, et il est nécessaire d’avoir plus d’arbres.

« Il faut réduire la vitesse maximale à Lisbonne et encourager l’usage du vélo, de la marche, des transports en commun », a déclaré le jeune homme, prévenant que ce n’est pas possible avec des propositions pour augmenter le flux de voitures.

Comme solution de transition, Carlos Moedas a décidé de supprimer la piste cyclable dans le sens montant et d’installer deux voies pour les voitures. L’ensemble de la piste cyclable sera ainsi dans un sens descendant, permettant, selon le maire « que la circulation sorte de la ville avec plus de fluidité », en même temps que les usagers de la piste cyclable continuent également « à parcourir l’avenue ».

Le projet de requalification de la piste cyclable sur l’Avenida Almirante Reis comprend également des changements de sens de circulation le long du marché d’Arroios et la suppression du corridor « Bus » sur la Rua Carlos Mardel.

SSM // VAM