Cascais, Lisbonne, 12 août 2020 (Lusa) – L'Autorité maritime nationale (AMN) évalue aujourd'hui la présence de méduses «  Velella velella '' sur 42 plages des municipalités de Cascais, Sintra et Mafra, dans le district de Lisbonne, l'interdiction restant bains à Carcavelos et São Pedro do Estoril.

Mardi, les plages de Carcavelos et São Pedro do Estoril, à Cascais, ont été interdites de baignade, le drapeau rouge flottant après la détection de la méduse «  Velella velella '', une situation qui continue jusqu'à ce qu'il y ait des informations sur la surveillance effectuée par AMN, avec la collaboration de militaires de la Marine qui font partie du programme de surveillance des plages et de sauveteurs sur ces mêmes plages.

«En ce moment, nous faisons un point de vue sur toutes les plages de la commune de Cascais, nous étendons même tout ce travail d'observation aux plages des communes de Sintra et Mafra», a déclaré le capitaine Rui Teixeira, capitaine adjoint du port de Cascais, visant à avoir le résultat de cette évaluation «jusqu'à la fin de la matinée».

S'adressant à l'agence Lusa, le commandant Rui Teixeira a déclaré que la surveillance de la présence de méduses «Velella velella» couvre «42 plages» dans ces trois municipalités du district de Lisbonne.

"Nous n'avons vérifié que l'afflux de méduses sur les plages de São Pedro do Estoril et Carcavelos", a déclaré le capitaine adjoint du port de Cascais, évoquant la situation identifiée mardi, qui a conduit à la levée du drapeau rouge et à l'interdiction aller aux bains.

Interrogé sur la possibilité que d'autres plages soient interdites de baignade, Rui Teixeira a souligné que la situation était en cours d'évaluation, sans écarter cette décision.

"Si cela se justifie, si le nombre de méduses qui frappent la plage est considérable, nous ferons notre bilan et, si nécessaire pour des raisons de santé publique, nous prendrons nos décisions", a déclaré le commandant de l'AMN.

«En ce moment, c'est prématuré. J'étais moi-même déjà ce matin à la plage de Carcavelos et à la plage de São Pedro do Estoril et au mur de Cascais, je n'ai rien remarqué. Nous attendrons, avec le changement de marée, de voir s'il y a un afflux de ces méduses vers le sable, sinon, en coordination avec le délégué à la santé de Cascais et la municipalité, nous prendrons la décision de lever cette interdiction de baignade », a-t-il expliqué.

Mardi, AMN a annoncé la décision de lever le drapeau rouge sur ces deux plages de la commune de Cascais, après la détection de la méduse 'Velella velella', déclarant que «les entités impliquées continueront à surveiller cette situation et la l'interdiction d'aller aux bains sera levée dès que toutes les conditions de sécurité seront réunies ».

Dans ce contexte, AMN a précisé que l'interdiction de se baigner sur ces plages avait été décidée «dans un souci de sauvegarde des baigneurs, après avoir reçu l'alerte de l'apparition de ces organismes par des sauveteurs sur ces plages».

Au cours des derniers jours, la présence de méduses «  Velella velella '' a été enregistrée à Praia da Vieira, à Marinha Grande, district de Leiria, ce qui a également conduit à la levée du drapeau rouge et à la mise en garde contre les bains, mesures qui ont été soulevées lundi. – après deux jours sans détecter la présence de méduses en mer, a informé le capitaine de la capitainerie de Porto da Nazaré.

Concernant la présence de méduses 'Velella velella' sur ces plages, l'Institut portugais de la mer et de l'atmosphère (IPMA) a déclaré aujourd'hui que «l'espèce Velella velella (Veleiro) est actuellement présente en petites quantités sur toute la côte ouest portugaise, y compris dans certaines îles des Açores ", révélant qu'il s'agit d'une espèce d'occurrence commune et que ses tentacules sont petits et légèrement piquants, il est donc" conseillé d'éviter tout contact direct avec eux afin d'éviter d'éventuelles réactions allergiques, en cas de une plus grande sensibilité ».

«S'il n'y a aucune preuve de brûlures ou de problèmes de santé associés, cela est considéré comme inoffensif», a déclaré l'institut.

Cependant, si les baigneurs ont été en contact avec eux et ont été mordus, ils doivent appliquer des bandes de glace et, si possible, du bicarbonate de sodium, recommandé l'IPMA.

SSM // MCL

Le contenu de l'Autorité maritime évalue la présence de méduses sur 42 plages de Cascais, Sintra et Mafra apparaît en premier à Visão.