L’Association des citoyens automobilisés (ACA-M) n’est pas d’accord aujourd’hui avec les arguments du ministère public (MP) pour ne pas poursuivre l’ancien ministre Eduardo Cabrita dans l’affaire du délit de fuite mortel sur l’A6 et demandera l’ouverture de la consigne.

« L’association demandera l’ouverture de l’instruction, car elle comprend que les motifs invoqués par le député ne sont pas juridiquement acceptables », a déclaré l’avocat de l’ACA-M, Paulo Graça, dans des déclarations à l’agence Lusa.

Selon l’avocat, le député comprend que l’ancien ministre de l’Administration intérieure Eduardo Cabrita « avait délégué des fonctions à son chauffeur », de sorte que le dirigeant de l’époque « était dispensé d’intervenir dans son activité ».

« Cela, juridiquement, n’est pas ainsi », a souligné Paulo Graça, notant que « celui qui délègue des fonctions a toujours la possibilité d’instruire les actes, de remplacer la personne à qui les fonctions ont été déléguées ».

Dans ce cas précis, a-t-il souligné, Eduardo Cabrita était tenu de « faire ce que tout citoyen, même sans permis, peut et doit faire », à savoir donner l’instruction au conducteur « d’adapter la vitesse du véhicule aux conditions de la route ».

« Quelque chose que le docteur Eduardo Cabrita n’a pas fait », a poursuivi l’avocat.

Insistant sur le fait que les arguments du député, selon lui, « n’ont aucune pertinence juridique », l’avocat de l’ACA-M a ajouté que l’association demandera l’ouverture de l’instruction « dans le délai légal ».

Paulo Graça a également noté que « ce n’est pas une décision inattendue » du ministère public, justifiant qu' »elle a apparemment été prise par la même procureure qui, au début, n’avait même rien dit » à propos d’Eduardo Cabrita.

« Nous supposons que cette ordonnance finit par être l’officialisation d’un avis juridique qu’elle aurait déjà au moment où elle a agi pour la première fois », a-t-il ajouté.

Une source liée à l’affaire a confirmé à Lusa le dossier décidé par le député concernant l’ancien dirigeant et son chef de la sécurité, Nuno Dias, mais la magistrate Catarina Silva a maintenu l’accusation contre l’ancien chauffeur Marco Pontes, accusé d’un crime d’homicide par négligence . .

Le 18 juin 2021, le véhicule officiel dans lequel conduisait Eduardo Cabrita a écrasé mortellement Nuno Santos, un ouvrier qui entretenait l’autoroute 6 (A6), au kilomètre 77,6 de la voie, dans le sens Estremoz-Évora.

Au départ, le député n’avait porté plainte que contre le chauffeur qui conduisait le véhicule de fonction dans lequel circulait le dirigeant d’alors, mais l’ACA-M, qui a agi en tant qu’assistant dans la procédure, a estimé, après consultation du dossier, qu’il y avait preuves suffisantes pour tenir l’ancien ministre pour un crime d’homicide par négligence.

Compte tenu de la demande de l’association, le ministère public a décidé de rouvrir le dossier et a ordonné au procureur chargé de l’enquête de nommer Eduardo Cabrita et le responsable de la sécurité personnelle comme accusés.

Le 3 décembre 2021, le député a accusé Marco Pontes, chauffeur d’Eduardo Cabrita, d’homicide par négligence et, le même jour, le ministre de l’Administration intérieure de l’époque a présenté sa démission.

SM (RRL/JGO) // ZO