Selon les documents consultés aujourd'hui par Lusa, la première audience préliminaire aura lieu à la Cour fédérale des États-Unis, dans le quartier sud de New York, à partir de 15h45 le 30 octobre (20h45 à Lisbonne).

L'audience préliminaire doit déterminer, avant l'accusation et la défense, si l'affaire va effectivement être jugée, clarifier la nature du procès, la raison pour laquelle l'affaire sera située dans la juridiction du district sud de New York, la collecte des preuves et la durée estimée jugement possible.

Il s'agit d'une action en responsabilité civile dans laquelle la République d'Angola, le Ministère de l'énergie et de l'eau (MINEA), le Ministère des finances (MINFIN), la Société publique de production d'électricité (ENDE) et la National Power Distribution Company L'électricité (PRODEL) est accusée de résiliation de contrat, de violation du droit international, d'expropriation illégale et d'enrichissement illicite.

Le procès a été intenté par la société Aenergy, détenue par l'homme d'affaires portugais Ricardo Leitão Machado, et sa filiale Combined Cycle Power Plant Soyo SA, contre les cinq "défendeurs en Angola", comme on les appelle dans le document, et trois sociétés General Electric (GE). , ancien partenaire commercial de l'accusateur.

L'entreprise plaignante demande une compensation monétaire d'au moins 550 millions de dollars (489 millions d'euros) et le paiement de dommages et intérêts.

L'enregistrement des documents liés à la procédure, consulté aujourd'hui par Lusa, indique que General Electric a déjà été représentée par des avocats devant le juge, Alison Julie Nathan, alors qu'il n'y a toujours pas d'enregistrement de la présence de représentants des accusés en Angola.

Selon des certificats d'expédition, la Cour fédérale des États-Unis a envoyé des copies de l'acte d'accusation au ministère angolais des Affaires étrangères, à ENDE et à PRODEL le 9 juin.

Aenergy a été impliquée dans un litige avec l'Angola depuis la fin du mandat de l'exécutif angolais l'année dernière, plusieurs contrats avec l'entreprise alléguant un abus de confiance en raison de prétendues irrégularités, accusations que l'entreprise rejette.

Dans l'acte d'accusation initial d'Aenergy devant la Cour fédérale de New York, soumis le 7 mai, l'ensemble des «accusés angolais» est accusé de huit crimes, dont deux crimes de rupture de contrat, l'un d'enrichissement illicite, deux de violation du droit international (actifs physiques et incorporels) et crime d'expropriation illégale.

En outre, le procès porte sur deux chefs d'accusation contre toutes les entités impliquées: complicité dans un crime d'expropriation illégale et absence de paiement ou de responsabilité pour les «biens volés et les bénéfices obtenus».

Selon l'accusation, General Electric devrait être tenu responsable de "couvrir la fabrication et l'utilisation abusive de faux documents" et d'encadrer Aenergy.

Le processus concerne 13 contrats signés entre Aenergy et MINEA en 2017 pour la construction, l'expansion, la requalification, l'exploitation et la maintenance de centrales électriques en Angola.

D'une valeur de 1,1 milliard de dollars américains (978,5 milliards d'euros), les contrats «prévoyaient qu'Aenergy achèterait et utiliserait des produits GE fabriqués aux États-Unis pour construire, exploiter et entretenir des centrales électriques en Angola, et qu'Aenergy vendrait et installerait huit nouvelles turbines GE destinées à PRODEL, ENDE et MINEA », indique l'acte d'accusation.

En décembre 2019, le bureau du procureur général de la République d'Angola a annoncé qu'il avait pris une ordonnance d'arrestation préventive contre Aenergy pour «preuve de rupture» de contrats et saisi quatre turbines électriques qui auraient été «acquises avec des fonds publics à l'insu du ministère de la Énergie et eau ».

La juge Alison Julie Nathan a été adjointe spéciale de l'ancien président américain Barack Obama, conseiller du procureur général américain et est devenue juge à la Cour fédérale en 2011.

EYL (RCR)

Le contenu de l'Angola et de General Electric avec une audience préliminaire prévue aux États-Unis le 30 octobre apparaît d'abord à Visão.