Le gouvernement angolais a annoncé aujourd'hui qu'il rejoindrait l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) et que le ministre des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz sera chargé de connecter le pays à cette entité.

«Le président de la République, João Manuel Gonçalves Lourenço, a publié aujourd'hui un ordre de nomination de Diamantino Pedro Azevedo, ministre des Ressources minérales, du Pétrole et du Gaz, pour exercer cumulativement les fonctions de Président du Comité national de coordination de l'ITIE», lit-on dans un déclaration envoyée à Lusa.

«L'Angola a décidé de rejoindre l'ITIE pour donner une transparence maximale au processus d'exploitation des ressources minérales et d'hydrocarbures, compte tenu de son vaste potentiel dans ce domaine», indique le texte, soulignant qu '«il est important que chacun soit conscient des processus de leur exploration. et le processus de gestion des revenus correspondant ».

ITIE est une organisation basée à Oslo, en Norvège, qui garantit un ensemble d'informations concernant le processus d'extraction, de distribution et de commercialisation des ressources naturelles, à travers l'adhésion volontaire des pays, contribuant à la transparence et à la diffusion de l'information.

«Avec l'existence du Comité national de coordination de l'ITIE, le pays assume expressément la volonté politique de renforcer les instruments nationaux de bonne gouvernance, qui incluent la responsabilité envers les citoyens afin qu'ils aient accès aux informations inhérentes aux revenus qui ils proviennent de l'industrie extractive », ajoute dans le communiqué, qui conclut que cette étape« va dans le sens d'une amélioration continue de l'environnement des affaires et du climat d'investissement dans ces secteurs importants de l'économie nationale ».

S'adressant à Lusa en février, le président de l'Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) avait regretté le fait que l'Angola n'ait pas encore adhéré, soulignant, à l'époque, que l'adhésion pourrait éviter comme décrit dans les documents publiés. à la fin de l'année dernière et qui est devenu connu sous le nom de «Luanda Leaks».

"Les développements récents dans l'affaire Luanda Leaks suggèrent que la mise en œuvre des normes ITIE peut aider l'Angola à faire face aux défis persistants de gouvernance dans son secteur extractif", a déclaré Helen Clark.

Rappelant que l'opacité de l'industrie pétrolière en Angola était précisément l'une des raisons de la création de l'ITIE, il y a 20 ans, le responsable a souligné que 52 pays avaient déjà rejoint cette initiative, mais a regretté que «l'Angola n'en ait jamais fait partie».

"Grâce à des réformes de gouvernance et au respect des principes de l'ITIE, l'Angola pourrait garantir que les ressources contribuent davantage aux défis de développement du pays", a déclaré le responsable.

L'ITIE garantit un ensemble d'informations concernant le processus d'extraction, de distribution et de commercialisation des ressources naturelles, à travers l'adhésion volontaire des pays.

"L'adhésion aux principes de l'ITIE nécessite la divulgation des détenteurs de sociétés extractives, y compris les personnes politiquement exposées, et nécessite également une gestion transparente des entreprises publiques et des revenus de cette industrie", a conclu le président.

MBA // SR

Le contenu de l'Angola annonce l'adhésion à l'Initiative de transparence des industries extractives apparaît en premier dans Vision.