À quelques mois maintenant d'être officiellement accusé de l'effondrement catastrophique de la banque BES, l'ancien «  patron de tout cela '' de la banque, Ricardo Salgado, a appris qu'il devait en effet payer l'amende de 3,7 millions d'euros que lui avait versée la Banque du Portugal en 2016, et contesté depuis.

Les juges de la Cour constitutionnelle ont rejeté la dernière plainte déposée par Salgado après que ce qui avait été présenté comme sa dernière chance de «faire appel» avait échoué plus tôt cette année (cliquez ici).

La décision rendue il y a près de deux semaines (14 mai) confirme la censure de la Banque du Portugal, qui implique également une interdiction d'un an à l'encontre de M. Salgado exerçant tout rôle au sein d'une institution financière ou de crédit.

La décision s'applique également à une plainte similaire déposée par l'ancien directeur du BES, Amílcar Pires, qui devra désormais payer l'amende qu'il a également tenté d'éviter de 350 000 €.

Expliquez les rapports, le panel de la Cour constitutionnelle a déclaré que les amendes élevées étaient justifiées dans de tels cas sur la base des dommages financiers extrêmes causés.

Des dizaines de milliers d’anciens clients de BES ont été horriblement compromis par l’effondrement de la banque en 2014, alors que les contribuables ont repris l’onglet depuis.

Il faut dire que Ricardo Salgado a toujours protesté contre son innocence (cliquez ici), a promis de restaurer la réputation de sa famille (cliquez ici). Il a même accusé la Banque du Portugal de l’effondrement de la «firme» de sa famille (cliquez ici).

L’histoire complète sera certainement révélée lors du procès, qui devrait suivre peu de temps après la conclusion de l’enquête du ministère public qui est «en cours» depuis 2014.

Dit Expresso le week-end dernier, des accusations formelles de fraude, d’association de malfaiteurs et de corruption devraient être présentées avant le 16 juillet. En d’autres termes, elles devraient précéder les traditionnelles «vacances judiciaires» qui ont lieu en août.

Le problème est que le temps, comme dans tous ces cas de longue haleine, est crucial.

M. Salgado lui-même a 75 ans. D'autres «accusés» dont les témoignages doivent être réentendus sont décrits par Expresso comme «déjà anciens» et les affaires judiciaires – traditionnellement menées au rythme d'un escargot en phase terminale – sont en outre gênées par la pandémie de Covid.

Comme l'explique Expresso, l'un des accusés est «déjà décédé». On peut en déduire que davantage de choses pourraient suivre avant que la tragédie complète du BES et les centaines de millions de «perdus» soient exposés pour que tous puissent les apprécier pleinement.

natasha.donn@algarveresident.com