Le Prix Princesse des Asturies pour la coopération internationale 2020 a été décerné aujourd'hui à Oviedo, en Espagne, à l'Alliance mondiale pour la vaccination (GAVI), une organisation qui garantit l'accès à la vaccination dans les pays pauvres.

Le jury a choisi cette entité basée à Genève (Suisse) pour son travail de «faciliter l'accès universel» aux vaccins et ainsi réduire l'impact des maladies infectieuses, et pour «contribuer à assurer la protection de la moitié des enfants dans le monde grâce à la vaccination préventive. ».

Les principaux partenaires de cette "alliance" sont l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'UNICEF, la Banque mondiale et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Gavi est un «mécanisme de coopération internationale» qui rassemble des acteurs publics et privés à l'appui des systèmes de santé nationaux pour exécuter des programmes dans 73 pays, ayant réussi à vacciner 760 millions d'enfants dans les États considérés comme «en développement».

Le juge considère que l'organisation, caractérisée par l'application de solutions innovantes, contribue directement à la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies et a un impact sur l'amélioration de l'espérance de vie.

Son travail, qui repose sur une coopération multilatérale, rassemble tous les secteurs de la société et rassemble les efforts pour la santé des plus vulnérables.

Il s'agissait du huitième et dernier des prix Princesse des Asturies annoncés cette année, après que celui de Concordia a été décerné à des professionnels de la santé espagnols.

Le prix Arts a été décerné aux compositeurs Ennio Morricone et John Williams, le prix Communication et sciences humaines à la Foire internationale du livre de Guadalajara et le Festival Hayaos, le Festival des sciences sociales, à l'économiste turc Dani Rodrik, the Sport, au pilote espagnol Carlos Sainz, de Letras à la poétesse et essayiste canadienne Anne Carson et de la recherche scientifique et technique aux mathématiciens Yves Meyer (français), Ingrid Daubechies (belge et américaine), Terence Tao (australienne et américaine) et Emmanuel Candès ( Français).

Le Prix Princesse des Asturies pour la coopération internationale a été décerné en 2019 au mathématicien et ingénieur Salman Khan et Khan Academy et, dans les éditions précédentes, à l'Organisation mondiale de la santé (2009), Al Gore (2007), Simone Veil (2005), Luiz Inácio Lula da Silva (2003), Fernando Henrique Cardoso (2000), Helmut Kohl (1996), Mário Soares (1995), Jacques Delors et Mikail Gorbachov (1989).

Les Prix Princesse des Asturies distinguent, en termes généraux, le «travail scientifique, technique, culturel, social et humanitaire» effectué par des personnes ou des institutions au niveau international.

Le prix de la coopération internationale récompense «un travail individuel ou collectif pour le développement et la promotion de la santé publique, l'universalité de l'éducation, la protection et la défense de l'environnement et le progrès économique, culturel et social des peuples».

Chacun des prix consiste en une sculpture du peintre et sculpteur espagnol Joan Miró – un symbole qui représente le prix -, 50 000 euros, un diplôme et un insigne, qui au cours des années précédentes a été présenté lors d'une cérémonie solennelle présidée par le roi d'Espagne, Felipe VI, dans le Théâtre Campoamor à Oviedo.

FPB // ANP