Valor T est un projet de la Santa Casa da Misericórdia de Lisbonne (SCML), développé en partenariat avec l’Institut pour l’emploi et la formation professionnelle (IEFP) et l’Institut national de réadaptation (INR), qui agit comme un pôle d’emploi exclusif dans la recherche pour les offres d’emploi aux personnes en situation de handicap, évaluer les compétences et les caractéristiques de chaque candidat pour trouver l’emploi qui lui correspond le mieux.

Toute personne handicapée, qu’elle soit motrice, intellectuelle, visuelle ou auditive, et intéressée à essayer de trouver un emploi via Valor T doit accéder à la plateforme (www.valort.scml.pt) et s’inscrire.

S’adressant à l’agence Lusa, le responsable de cette unité de mission de SCML a déclaré que depuis le jour de sa divulgation publique, le 1er mai, la plateforme a déjà reçu environ 1 400 candidatures, ce qui, sur la base des calculs, signifie qu’en moyenne , 17 personnes handicapées par jour ont fait cette demande.

« Nous n’avions aucune idée, en ouvrant la plateforme, combien de personnes allaient s’inscrire, mais ce qui s’est passé c’est qu’effectivement (…) ont environ 1 400 personnes inscrites sur la plate-forme », a déclaré Vera Nunes, notant que la plate-forme a été construite à partir de zéro.

Il a souligné que l’objectif est de rechercher « la capacité, le talent, ce que la personne a les compétences à exercer » et que c’est l’objet du travail que mène l’équipe SCML.

Le responsable a souligné que dès le départ, il était prévu d’avoir une plate-forme «très accessible» pour toute personne, quel que soit son handicap, et que tout le monde puisse y accéder sur un pied d’égalité.

« Le fait d’avoir autant de records en si peu de temps est le premier objectif atteint », a-t-il souligné, justifiant ce phénomène par la volonté qu’ont les personnes handicapées de trouver un emploi.

Selon Vera Nunes, la phase actuelle consiste à analyser les candidatures et à contacter les personnes qui ont postulé, souvent via des entretiens à distance, tout en analysant les dossiers des employeurs.

« Environ la moitié des personnes inscrites sont déjà dans une phase d’évaluation, nous entamons maintenant une phase pour continuer le processus de connaissance et d’évaluation des personnes, mais il est certain que nous avons déjà accompagné plusieurs centaines de personnes pour passer à cette phase d’évaluation » , dit-il. .

Parmi les inscrits, « il y a une nette majorité en handicap moteur », mais aussi « un dossier très conséquent dans le domaine de la déficience visuelle, en plus des personnes déficientes intellectuelles ou des cas de handicaps acquis tout au long de la vie.

Le responsable a ajouté que parmi les quelque 700 personnes qui ont déjà commencé une évaluation, Valor T a déjà pris contact avec environ 200.

Concernant les entreprises, le responsable a déclaré qu’il y a eu un « très bon accueil » de la part de différents groupes d’entreprises et de divers secteurs d’activité, de la distribution aux hôtels ou aux sociétés informatiques ou aux compagnies d’assurance.

Le nombre d’entreprises « augmente chaque jour », non seulement des « grands groupes », mais aussi des petites et moyennes entreprises, ce qui amène Vera Nunes à appeler toutes les entreprises à rechercher cette unité de mission SCML pour les aider « sur le chemin » d’embaucher des personnes handicapées.

« Nous avons une centaine d’entreprises, et je parle de groupes qui peuvent alors avoir plusieurs entreprises à l’intérieur », a-t-il révélé.

Vanda Nunes a également souligné que l’accompagnement de Valor T ne s’arrête pas à l’embauche, mais plutôt « un nouveau point de départ » pour l’intégration des personnes et l’accompagnement de l’employeur.

D’autre part, le secrétaire d’État à l’inclusion des personnes handicapées a souligné que le soutien de l’État est principalement visible à travers le travail des centres de ressources pour l’emploi et du conseil de l’INR, par exemple pour soutenir les entretiens avec des personnes sourdes ou aveugles.

Ana Sofia Antunes a dit espérer que cet outil « permet, dès la fin de l’année, de commencer à voir diminuer le nombre de personnes handicapées inscrites dans les Pôles pour l’emploi ».

« Ils étaient toujours en baisse jusqu’en 2019, en 2020, ils ont augmenté pour des raisons évidentes, et si je peux à nouveau voir la tendance s’inverser et d’ici la fin de l’année, il y aura moins de monde [desempregadas] que ce que j’avais fin 2020, je serai heureux », a-t-il déclaré.

SV // HB

L’Agence pour l’emploi des personnes handicapées reçoit 1 400 candidatures en moins de trois mois. Le contenu apparaît en premier dans Vision.