L'Union indépendante des médecins a déclaré aujourd'hui que le départ des médecins du service national de santé est une tendance qui s'est accentuée au cours des cinq dernières années, avec 3 200 médecins qui devraient être réformés dans les trois prochaines années.

Público avance dans l'édition d'aujourd'hui que depuis le début de la pandémie de covid-19 au Portugal, en mars, jusqu'en octobre, le service national de santé a perdu 842 médecins, y compris des spécialistes et des internes.

«Ce sont les données du SNS Transparency Portal qui révèlent l'ampleur de ce solde négatif à un moment où les besoins des médecins ont explosé en raison de la pandémie. Bien qu'elle s'explique en grande partie par le nombre élevé de départs à la retraite enregistrés sur cette période, la baisse ne se justifie pas uniquement par les départs à la retraite », peut-on lire dans le journal.

Contacté par Lusa, le secrétaire général de l'Union indépendante des médecins (SIM), Jorge Roque da Cunha, a déclaré que dans les trois prochaines années, il est prévu de réformer environ 1 500 médecins de famille et environ 1 700 médecins hospitaliers.

En revanche, il y a eu, pour diverses raisons, des concours pour le recrutement de nouveaux spécialistes au cours des trois dernières années, au cours desquels plus d'un tiers des postes vacants sont ouverts.

Roque da Cunha a également souligné que les médecins portugais sont "très recherchés, très respectés, compte tenu de leur formation et de leur qualité, par les gouvernements étrangers, notamment des pays nordiques, d'Allemagne, d'Angleterre, qui viennent les embaucher".

Dans le même temps, il a également noté que ces dernières années, il y a eu "la prolifération d'une initiative privée qui nécessite de plus en plus de médecins en permanence et non de prestataires de services".

Selon Roque da Cunha, le ministère est conscient de ces facteurs et «a parfaitement identifié des données», mais «il n'a été qu'un spectateur».

"Il n'y a pas eu d'attitude proactive pour atténuer ce problème car nous ajoutons ici la circonstance que le pouvoir d'achat des médecins a diminué d'environ 30%" et qu'ils ont le droit d'avoir leurs enfants, de les accompagner, pour avoir vos vacances.

De plus, «les médecins ont 40 heures de travail et ont déjà consacré environ six millions d'heures supplémentaires jusqu'en août de cette année», une circonstance qui équivaut au chiffre de 2019.

"Toutes ces circonstances en 2019 étaient parfaitement connues et de nombreux services du Service national de santé étaient déjà à la limite compte tenu du manque d'investissement", a-t-il souligné.

En 2020, «deux choses terribles» se sont produites, la première était la pandémie et la seconde était «une attitude du gouvernement de ne pas s'inquiéter, de dévaloriser, dire que tout était contrôlé par rapport à cette affaire».

"Il ne s'agit donc pas d'une situation ponctuelle, c'est une tendance qui a été observée ces dernières années et qui est également attendue dans les années à venir", a-t-il réitéré.

Bien que le ministère de la Santé ait déclaré qu '«il embauchait des milliers de médecins», Roque da Cunha a déclaré que «les faits ont beaucoup plus de force que la réalité».

«Comme il est évident dans une situation de pandémie, où les médecins sont soumis à un travail encore plus important, à une pression encore plus grande, au besoin d'heures encore plus longues, sont infectés et tombent malades et, par conséquent, les faiblesses du système sont beaucoup plus évident », at-il soutenu.

Pour inverser cette situation, a-t-il soutenu, il est nécessaire d'améliorer les conditions de travail en investissant dans des équipements et des installations.

D'autre part, le fait qu'il n'y ait pas de concours de progression a encore limité la capacité des services., A-t-il dit, illustrant le fait qu'au cours des 10 dernières années, deux mille médecins différents ont été mis à la retraite et qu'environ 400 ont été remplacés.

Selon les données du SIM, 130 médecins retraités ont été embauchés par le NHS entre mars et octobre de cette année, pour une période initiale de quatre mois.

Le ministre de la Santé a annoncé en septembre l'ouverture des appels d'offres pour l'embauche de 950 nouveaux médecins pour le Service national de santé (SNS).

HN // FPA

Le contenu La sortie des médecins du NHS est une tendance qui s'est accentuée ces dernières années apparaît en premier à Visão.