Lors de la séance, à 18h00, dans la salle de la galerie Carlos Paredes de la coopérative des auteurs, des médailles d’honneur seront décernées au Service national de santé, pour « sa contribution décisive à la lutte contre la pandémie » de covid-19, et à l’historien José Pacheco Pereira, pour « le succès et la portée du projet d’archives et la valorisation de la mémoire collective Ephemera ».

D’autres distingués sont l’écrivain et chercheur Joaquim Vieira, l’acteur Ruy de Carvalho, l’écrivain et enseignante Isabel Alçada, ancienne ministre de l’Éducation et actuelle conseillère du président de la République, la commissaire du Plan national et de lecture, Teresa Calçada, et le musicologue Rui Vieira Nery, qui a cessé ses fonctions de président du conseil d’administration de l’Assemblée générale de SPA, directeur d’Antena 2, participant à l’émission télévisée « Original é Cultura » (SIC Notícias) et membre de la « structure de direction de la Fondation Gulbenkian ».

Une médaille d’honneur sera également remise à l’ambassade d’Ukraine à Lisbonne, « en guise de reconnaissance de la résistance héroïque de son peuple », justifie la SPA. À la Galeria Santa Maria Maior, l’exposition «Diakuyu» est présentée, composée de 12 photographies de photojournalistes sur l’Ukraine.

Le Prix de Consécration de Carrière sera décerné au musicien et compositeur António Chainho, 84 ans, « l’un des plus grands guitaristes portugais de tous les temps ».

Né à Santiago do Cacém, dans le district de Setúbal, António Chainho est considéré comme l’un des plus grands noms de la guitare portugaise. Au cours de sa carrière, il a accompagné les fadistas Maria Teresa de Noronha, Lucília do Carmo, Hermínia Silva, Francisco José, Tony de Matos, António Mourão ou le frère Hermano da Câmara.

António Chainho a sorti huit albums, dont un avec le London Philharmonic Orchestra, en 1996, sous la direction musicale du chef d’orchestre José Calvário.

« Je viens de mon village, S. Francisco da Serra [no concelho de Santiago do Cacém]à Lisbonne, fin 1965, pour jouer au restaurant typique A Severa, dans le Bairro Alto », se souvient le musicien à l’agence Lusa, qui marque cette date comme le début de sa carrière artistique.

Auparavant, il avait joué dans le café de son père, datant de 1960 lorsque son premier contact avec la scène du fado fut dans une taverne de la Praça do Chile, à Lisbonne, lorsqu’il se produisit pour le service militaire dans la capitale, où il entra en 1961.

Désigné comme « l’un des virtuoses de la guitare portugaise » par « l’Enciclopédia da Música em Portugal in the 20th century » (2010), António Chainho a accompagné Carlos do Carmo, aux côtés de qui il a été « pendant plus de 20 ans », ainsi comme José Afonso, Rão Kyao, Gal Costa, Maria Bethânia, Adriana Calcanhotto, Saky Kubota, Hideco Tchokyba, Paco de Lucia et John Williams.

En 2015, il se produit dans sa commune natale, dans l’église paroissiale, dans le cadre du Festival Terras Sem Sombra, avec le guitariste allemand Jürgen Ruck, pour le programme « O Tempo e o Modo : Diálogos entre Guitarras ».

Sa discographie comprend « Une guitare et d’autres femmes », dans lesquelles Teresa Salgueiro et Nina Miranda ont collaboré, « Entre Amigos », avec des musiciens tels que Camané, Ney Matogrosso et Fernando Alvim, « Guitarra Portuguesa », « Ao vivo no CCB », avec Marta Dias, et « LisGoa », avec la participation de Natasha Lewis, Sonia Shirsat et Remo Fernandes.

« Complicités », avec lequel il a marqué 50 ans de carrière, en 2015, se compose de 18 chansons, et a la participation de Paulo de Carvalho, Fernando Ribeiro, Hélder Moutinho, Pedro Abrunhosa, Paulo Flores, Filipa Pais, Ana Vieira et Vanessa da Mata.

Lors de la séance officielle du 19, en plus d’un discours d’Adão e Silva, il y aura également un autre de Javier Gutierrez, président exécutif de Visual Entidad de Gestión de Artistas Plásticos (VEGAP), d’Espagne, et membre du conseil d’administration de la Confédération internationale des sociétés d’auteurs et compositeurs (CISAC).

Le musicien Samuel Úria, distingué par le prix SPA/José da Ponte, en 2019, se produit.

NL // MAG