La décision a été annoncée par la multinationale Lundin Mining, propriétaire de Somincor, dans le rapport opérationnel avec des prévisions de production pour l’année prochaine et, entre-temps, confirmée à l’agence Lusa par le directeur général de la société minière.

«Si tout se passe normalement, le projet [do ZEP] reprendra en janvier de l’année prochaine », a déclaré Kenneth Norris.

Selon le directeur canadien, les plans de Somincor pour la reprise de la ZEP comprennent «la mobilisation d’un plus petit nombre d’entrepreneurs avec un calendrier prolongé pour poursuivre le projet».

Cette planification est due aux «exigences de sécurité actuelles pour le détachement social et à d’autres mesures préventives pour sauvegarder et protéger la main-d’œuvre et les communautés locales de la propagation du covid-19», a-t-il expliqué.

Kenneth Norris a ajouté que Somincor prédit que le ZEP «sera achevé d’ici la fin de 2021, la production de zinc augmentant en 2022».

Pour l’année prochaine, Somincor estime une production totale de concentré de zinc entre 70 000 et 75 000 tonnes, une valeur qui augmentera sensiblement les années suivantes, avec l’entrée en production de ZEP.

Selon les estimations publiées par Lundin Mining dans son rapport opérationnel pour 2021, la production de zinc à Neves-Corvo devrait augmenter de 66% en 2022, pour atteindre un volume de 115 000 à 125 000 tonnes.

En 2023, la production de zinc devrait être d’environ 145 000 à 155 000 tonnes.

La production de cuivre, en revanche, devrait baisser au cours des deux prochaines années dans le complexe minier de l’Alentejo, avec un volume estimé de 35 000 à 40 000 tonnes en 2021 et de 30 000 à 35 000 tonnes l’année suivante.

Pour 2023, la production de cuivre devrait être comprise entre 33 000 et 38 000 tonnes.

Kenneth Norris a justifié cette baisse de la production de cuivre de la mine de Baixo Alentejo par «les effets de la pandémie», qui «durera encore un an ou deux».

En revanche, a-t-il ajouté, la révision à la baisse des prévisions de production de cuivre « ne peut être dissociée de l’augmentation de la production » que Somincor aura « pour l’extraction de zinc à partir de 2022 ».

« Nous devons aborder cette question de manière intégrée, avec une stabilisation de la production de cuivre et une augmentation significative de la production de zinc en raison de la conclusion du ZEP l’année prochaine », at-il noté.

Espérant que, dans l’année à venir, l’entreprise pourra «revenir à une certaine normalité», Kenneth Norris a également annoncé que Somincor «augmentera» prochainement le nombre d’employés directs.

«Nous avons commencé cette année à recruter de nouveaux collaborateurs», qui «sont actuellement en formation», a-t-il révélé, précisant que l’entreprise s’est engagée «à recruter de nouvelles personnes, mais avec une certaine expérience dans le secteur» de l’activité minière.

CYMP // JNM