Le théâtre fonctionnera avec une capacité de seulement 50% de sa capacité, mais le directeur artistique veille à ce que, s'il était possible d'occuper pleinement les places, «les spectacles pourraient tous se vendre», et conseille même au public d'acheter des billets pour les pièces «avec plus d'avance».

«Si, d'une part, nous ne pouvons utiliser que la moitié de la capacité, d'autre part, nous avons une demande plus importante. Il y a une grande impatience de la part du public de retourner dans les salles, ce qui est un signe que le théâtre est important dans la vie des gens », a commenté Tiago Rodrigues dans des déclarations à l'agence Lusa.

Le réalisateur a également rappelé que "la demande à TNDMII a augmenté" ces dernières années, et la réponse du public à la réouverture de cette saison est en phase avec cette croissance, ressentie par les spectacles à un stade plus précoce de l'année et " déjà très demandé ».

«L’Ultima Hora», en octobre, une comédie avec Maria Rueff et Miguel Guilherme, entre autres, a déjà une immense demande, ainsi que «l’Eurovision de la chanson philosophique», fin septembre. TNDMII met tout en œuvre pour être un lieu sûr, mais soyez prêt à acheter des billets, car il y en a beaucoup qui se vendront », a conseillé le directeur artistique.

Le début de saison, dû au covid-19, a une «saveur inhabituelle, comme tout ce qui se passe», mais Tiago Rodrigues était satisfait des «mois de travail acharné sans que le public puisse regarder» qui lui ont permis de programmer «Tout ce qui était prévu, mais aussi tous les spectacles qu'il n'a pas été possible de présenter» en raison de la pandémie.

«Il y a 45 spectacles jusqu'à l'été prochain, avec beaucoup de diversité, une offre d'excellence, utilisant non seulement de grands textes mais aussi de nouveaux textes. Et cette ouverture de saison représente cela. D'une part, «La vie vous engloutira», sur les textes de référence d'Anton Tchekhov; d'autre part, pour compenser l'utilisation de la grande bibliothèque, nous avons 'Aurora Negra' [qui ouvre jeudi], un spectacle écrit aujourd'hui, pour aujourd'hui, avec une grande pertinence, créé par trois artistes qui veulent s'exprimer l'invisibilité des corps noirs dans les arts du spectacle », a déclaré le lauréat du prix Pessoa en 2019 à Lusa.

Au vu d'un calendrier aussi chargé, la programmation internationale a été presque entièrement «repoussée jusqu'en 2021», dans l'espoir qu'elle soit plus calme, à l'exception de «l'Eurovision de la chanson philosophique», déjà en septembre, et de «Tous ensemble», en Décembre », une création japonaise de Michikazu Matsune.

Ensuite, ce n'est qu'en 2021 que le TNDMII aura «la plupart des internationaux» de la saison, où se détache la pièce «Bajazet, considérant le théâtre et le ravageur», un texte sur Jean Racine et Antonin Artaud, mis en scène par Frank Castorf, qui ne se produira que «Plus loin [les 12 et 13 mars], car ce serait plus sûr à cause de la mobilité» des artistes et des décors.

«Nous avons également retardé [le calendrier international] parce qu'il y avait beaucoup d'urgence pour lancer des productions nationales, à savoir 'Fake', qui était sur le point de faire ses débuts en mars, lorsque nous avons dû fermer à cause de la pandémie, et qui ne viendra qu'en décembre. TNDMII mais, avant cela, il fait ses débuts sur le réseau EUNICE », a assumé Tiago Rodrigues.

Le programme cherche à essayer «ce que les gens, les familles et les entreprises essaient de faire», c'est-à-dire «rattraper le temps perdu», mais, d'autre part, «sans perdre la capacité de regarder vers l'avenir».

C'est pourquoi, dit le directeur artistique, «la sécurité du public, des artistes et le respect scrupuleux des règles des autorités sanitaires» sont «fondamentaux» pour que le théâtre puisse participer activement au «retour à une vie où la création artistique a un rôle de premier plan ».

En plus de réduire la capacité à 50% de sa capacité totale, TNDMII «suit toutes les indications de la direction générale de la santé et des autorités compétentes, afin de garantir aux spectateurs, artistes, techniciens et ouvriers les conditions nécessaires» pour que les spectacles se déroulent en toute sécurité, indique le théâtre sur sa page officielle.

SYL // MAG