Le 18 mars, le jour où l'état d'urgence a été décrété au Portugal, Lucília Monteiro savait qu'elle ne resterait pas les bras croisés. Et que même pendant la quarantaine, dans les quatre murs de sa maison à Porto – où elle est partie, uniquement pour des raisons personnelles et professionnelles pendant son travail de photographe VISION -, elle continuerait à utiliser l'appareil photo pour raconter des histoires.

Comme ça, au cours des 48 jours de confinement provoqués par la pandémie de Covid-19, Lucília Monteiro a publié 48 chroniques quotidiennes (chacune avec sept photographies) sur le site Web VISÃO, dans une série qu'elle a décidé d'appeler Rond, où les pensées, les sentiments et les états d’esprit s’intègrent. Au total, il y avait 336 photographies, avec des dizaines de thèmes: Pâques, Résurrection, Routines à ne pas manquer, Oiseaux rares, Temps suspendu, Vent, Jouer avec le soleil, Printemps-Été, La rose de l'aube, Retour en enfance, Arche de grand-mère, Eau d'avril mille…, raconté à partir d'objets personnels, de la vie quotidienne de sa propre famille ou de ce qu'il a observé depuis sa fenêtre d'accueil.

Attentive à la publication quotidienne de ses chroniques, Manuela Matos Monteiro, conservatrice et responsable du Mira Forum, à Porto, l'a interpellée, quant à elle, pour une exposition en ligne, qui vient de s'ouvrir sur la page Facebook de la galerie, avec une sélection de ces 35 photographies, en noir et blanc. C'est une autre émission qui rejoint les 16 autres, disponibles sur les réseaux sociaux de la galerie Campanhã, inaugurée lors de cette phase pandémique.

«O Homem Só» – 28 mars 2020

«Les photographies étaient une perspective personnelle de Lucília Monteiro, mais dans laquelle chacun de nous s'est reconnu», souligne Manuela Matos Monteiro. Pour le conservateur, les images captées par le photojournaliste VISÃO pendant la quarantaine signifient «une proposition de lecture et d'interprétation, avec des sentiments d'agitation, d'anxiété, mais aussi d'espoir». L'émission en ligne est accompagnée d'une vidéo qui joint les photographies de Lucília Monteiro au son de João Lafuente.

Dans votre série de photos Rond fait pour VISION, Lucília Monteiro entendait avant tout transmettre l'urgence pour l'homme de «s'arrêter de penser» en réfléchissant sur «la vie, le monde et la surconsommation».

Bientôt dans une de ses premières chroniques, intitulée Retour à la grotte, le photographe, né à Santa Cruz, Madère, a comparé le moment où nous avons vécu au Mythe de la grotte, de Platon: «Nous avons commencé à rester à l'intérieur, dans une grotte contemporaine, où les ombres de l'extérieur nous atteignaient via les réseaux sociaux», se souvient-il. Dans L'homme solitaire, à travers des images comme celle du pape François seul sur la place Saint-Pierre vide, au Vatican, le photographe a mis en garde contre la solitude de l'homme dans un monde qui, en dépit d'être de plus en plus technologique et avec des avancées scientifiques, semblait impuissant à combattre un virus.

La fenêtre, Voyages et Respiration conditionnée trois autres chroniques sont disponibles dans cette exposition en ligne du Mira Forum. Dans cette dernière chronique photographique (la seule avec des images en couleur), le photographe VISION s'est opposé à l'amélioration de l'environnement dans le monde, lors de l'enfermement de la population, et à la nécessité pour l'homme d'être contraint de porter un masque (le «Souffle Conditionné») ) comme moyen de se protéger et de protéger les autres. «L'air est plus pur, mais l'espace respiratoire est très limité», a-t-il transmis à travers ses photographies, qui sont, après tout, sa façon de raconter des histoires.

«Respiration conditionnée» – 26 avril 2020