Plus de 11 000 cas de violence domestique ont été enregistrés par la PSP au cours des neuf premiers mois de l'année, selon des données publiées aujourd'hui qui indiquent une baisse d'environ 9% par rapport à la même période l'an dernier.

Du 1er janvier au 30 septembre 2020, la PSP a enregistré une moyenne de 40,5 cas par jour, totalisant 11100 crimes de violence domestique

"Un tel enregistrement montre, malgré tout, une baisse de 8,58% par rapport à la même période de 2019", avance la police de la sécurité publique (PSP) dans un communiqué.

Entre la première quinzaine de mars et la seconde quinzaine d'avril, il y a eu «le plus grand écart entre les inscriptions 2020 et 2019, avec une baisse en 2020», précise la PSP, ajoutant que «les dates en question sont des antécédents et coïncidant avec les trois périodes d'état d'urgence au Portugal »en raison de la pandémie de covid-19.

Selon la PSP, le nombre de crimes de violence domestique signalés par la police dans les mois qui ont suivi les périodes d'état d'urgence suit les chiffres rapportés en 2019, «sans pics records».

«Ainsi, et contrairement à la possibilité envisagée que la séquestration ait pu contribuer à dissimuler des violences, le retour à (presque) la normalité ne s'est pas matérialisé par une augmentation des plaintes, malgré les campagnes PSP et l'intensification des contacts directs avec les victimes déjà mentionnées », souligne-t-il dans le communiqué.

Les données indiquent que le nombre de victimes de violence domestique ayant besoin de conduire et d'être hospitalisées a connu "une baisse moyenne de 60% de 2019 à 2020", suivant "la même forte tendance à la baisse pendant les périodes d'état d'urgence".

«La diminution de la violence conjugale (entre conjoints et entre ex-conjoints) a été la principale cause d'une diminution des occurrences, et il y a également eu une diminution de la violence psychologique, généralement inhérente aux situations de régulation du pouvoir parental, finalement facilitée par la période de suspension des les activités académiques et les restrictions aux déplacements sur le territoire national », précise la PSP.

Au cours de cette période, la PSP a procédé à 440 arrestations pour crime de violence domestique, soit une moyenne de 1,6 par jour, dont 274 en flagrant délit (en moyenne une par jour).

Dans le même contexte, le PSP a saisi 192 armes à feu qui, bien que n'ayant pas été utilisées pour commettre le crime, ont été référencées dans l'évaluation des risques réalisée par le PSP et appréhendées avec prudence.

L'utilisation d'autres canaux de plainte, à savoir l'e-mail violenciadomestica@psp.pt, était "particulièrement pertinente" et utilisée pendant les périodes d'état d'urgence, avec 25 demandes jusqu'au 15 juillet, soit plus du double des plaintes déposées par voie électronique ( 11).

Malgré l'échec des événements, le PSP a maintenu «un engagement fort pour prévenir et combattre ce crime», ce qui a abouti à l'étude et à la présentation de plusieurs «mesures de protection», à savoir l'élaboration de 32 024 plans de sécurité individuels (en moyenne 117 / jour ) et 18 885 propositions pour renforcer, auprès de la victime, les informations sur les moyens de soutien (69 / jour en moyenne).

10549 propositions ont également été faites pour appliquer une mesure de coercition au contrevenant, soit une moyenne de 38,5 par jour et 8219 propositions de signalement des mineurs à la Commission pour la protection des enfants et des jeunes à risque (moyenne de 30 / jour) .

Le PSP ajoute que «le caractère atypique de l'expérience, sociale et économique, dicté par la crise pandémique actuelle, a soulevé plusieurs questions pertinentes, notamment sur l'effet de l'enfermement sur la capacité / possibilité de dénonciation par les victimes».

Elle renforce également l'alerte quant à la nécessité pour les victimes et les témoins de signaler ces situations, «minimisant le risque que les victimes subissent des niveaux extrêmes de violence».

«Toutes les situations signalées font immédiatement l'objet d'une évaluation des risques, en ce sens que les mesures de sécurité pour protéger la victime qui sont urgentes pour chaque cas particulier sont adoptées rapidement», souligne-t-il.

HN // VM

Le contenu des PSP enregistré plus de 11 000 cas de violence domestique au 30 septembre apparaît en premier dans Vision.